Les petites radios veulent la radio numérique terrestre

Les petites radios veulent la radio numérique terrestre
Les petites radios veulent la radio numérique terrestre
Le lancement de la radio numérique terrestre est inscrit dans la loi de 2007 sur la modernisation de la diffusion audiovisuelle, mais aucune date officielle n'a encore été fixée. Les petites radios sont en colère et accusent les grands groupes comme RTL, NRJ ou Europe 1, de freiner l'arrivée de la RNT.
A lire aussi


La radio numérique terrestre est déjà présente dans plusieurs pays européens comme l'Allemagne, la Suisse et la Grande-Bretagne. Elle offre plusieurs avantages pour les auditeurs : meilleure couverture du territoire, amélioration du son, possibilité d’avoir des données associées (titre de chanson, nom de l’auteur, sa photo, jeux…) et permet aussi de réécouter des émissions. En France, le lancement de la radio numérique terrestre est inscrit dans la loi de 2007 sur la modernisation de la diffusion audiovisuelle, mais aucune date n’a été fixée pour son lancement officiel. « Cela fait 15 ans que l’on nous parle de RNT. Tout n’est pas parfait, mais pour autant il faut commencer » déclare Philippe Gault, président du syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes.

Le CSA a annoncé que la RNT serait lancée en 2012. Les stations présélectionnées en 2008, à Nice, Paris et Marseille auront leur autorisation, et un appel à candidatures sera lancé pour une vingtaine de grandes agglomérations. Mais pour le syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes, ce sont les grandes radios privées telles que RTL, NRJ ou RMC qui bloquent le développement de la RNT en prétextant un coût de diffusion trop élevé.
Pourtant, « les coûts de diffusion en numérique en norme T-DMB sont 20% moins élevés que ceux de la FM, assure Antoine Baduel, président de FG DJ Radio. À Marseille et Nice, la diffusion coûtera 1 500 euros par mois et 3 000 à Paris ». Le président de Sud Radio Groupe Jean-Éric Valli ajoute : « sur la bande FM, ces grands groupes ont 60% des fréquences et partout en France, ils ont les plus fortes couvertures. Ils veulent garder cet avantage concurrentiel ».

Au moment du lancement de la télévision numérique terrestre (TNT), les mêmes craintes étaient apparues au sein des grands groupes comme TF1 ou France 2. Les chaînes hertziennes historiques avaient en effet perdu des parts d’audience au profit de leurs nouvelles petites sœurs. Mais contrairement à la TNT, la bande FM ne va pas disparaître à la suite du lancement de la RNT. Une double diffusion est prévue durant 10 ans pour permettre aux auditeurs de s’équiper et aux opérateurs de basculer dans le numérique.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Audience radio : RTL en perte de vitesse, une aubaine pour NRJ
Animatrice radio : un vrai métier !
Propos antisémites : Eric Mazet accuse Sud Radio