Régine : 5 choses à savoir sur la reine de la nuit

Régine : 5 choses à savoir sur la reine de la nuit
Régine : 5 choses à savoir sur la reine de la nuit
Dans cette photo : Frédéric Lopez
L’impératrice des nuits parisiennes des années 1960 est invitée ce soir dans « La parenthèse inattendue » de Frédéric Lopez. L’occasion de revenir sur l’époustouflante carrière de la flamboyante Régine.
A lire aussi

Sagan l’appelait la « reine noire de nos nuits blanches »

Les périphrases ne manquent pas pour désigner Régine. Souvent appelée la « reine de la nuit » en raison de la vingtaine de discothèques qu'elle animait dans le monde entier dans les années 1960 et qui voyaient défiler tout le bottin mondain de l’époque : Barbara (qui lui a écrit « Gueule de nuit »), Aznavour (qui lui a écrit « Nounours »), Brigitte Bardot, Gene Kelly, Robert Mitchum, Joe Dassin, Serge Gainsbourg… elle était aussi surnommée la « reine noire de nos nuits blanches » par la seule amie qu’elle n’a jamais réussi à faire danser correctement, l’écrivain Françoise Sagan. Trop chic.

« Les p’tits papiers » que Gainsbourg écrivit pour Régine

Elle n’a jamais bu et jamais fumé

Étrangement, alors qu’autour d’elle tout le monde a longtemps sérieusement levé le coude et enchaîné les cigarettes, La reine de la nuit n'a jamais bu une goutte d'alcool, ni fumé. Un comble, en 1996, Régine et son fils Lionel sont arrêtés. Leur vol Paris-Miami avait dû atterrir à Boston car Lionel fumait à bord.

Son grand drame, c’est son fils

Il a créé en 1988 l’édition française du magazine Rolling Stone et dirigé le magazine Challenges. En 2006, Lionel Rotcage, le fils unique de Régine, décède d’un cancer à 58 ans. « Mon grand drame, c’est mon fils. Notre relation était très difficile car il était exclusif, jaloux de la nuit », a confié récemment la chanteuse dans Gala. « J’appartenais à tout le monde. Je n’ai pas compris son besoin d’amour et je m’en veux. Il ne supportait pas d’être "le fils de", comme beaucoup. Il voulait que je sois une vraie mère. Je ne l’ai pas été. »

Elle vient de réinventer les soirées guinguette

Onze ans après avoir fait ses adieux à la fête, Régine anime depuis mai et une fois par mois une soirée « guinguette » au Balajo, le légendaire dancing parisien de la rue de Lappe à Paris. La reine de la nuit voulait que les gens recommencent à danser « à deux ». Bien sûr, entre deux mesures d’accordéon, elle régale aussi les danseurs avec son répertoire.

Elle veut participer au prochain Eurovision

Enthousiasmée par Conchita Wurst, la femme à barbe qui vient de gagner à l'Eurovision, Régine a avoué récemment qu’elle voulait se porter candidate pour le prochain concours en 2015. « Bien sûr [que je suis intéressée par le concours] ! Et je le gagnerai. Je prendrai le meilleur auteur, je n'ai que des chansons formidables », a-t-elle déclaré dans une interview à RTL.