Stéphane Bern n'a pas couché pour réussir

Stéphane Bern n'a pas couché pour réussir
Stéphane Bern n'a pas couché pour réussir
Dans cette photo : Stéphane Bern
Stéphane Bern n’a pas couché pour progresser professionnellement et n’a même jamais flirté sur son lieu de travail. C’est ce qu’il a révélé pour les besoins de la nouvelle rubrique décalée et humoristique d’un grand hebdomadaire français.
A lire aussi


Quotidiennement aux commandes de « Comment ça va bien », sur France 2, Stéphane Bern - qui s’est récemment confié sur son homosexualité -, a le privilège cette semaine de paraître dans la nouvelle rubrique de Télé Star, baptisée « Le CV inattendu ». L’occasion de découvrir une nouvelle facette dce la personnalité de ce spécialiste des têtes couronnées, récemment décoré par la reine d’Angleterre. On y apprend ainsi que, comme beaucoup de Français, Stéphane Bern a eu des difficultés à se voir délivrer le permis de conduire. « Recalé deux fois, je l’ai eu à la troisième tentative. Aucun dommage causé depuis mes 20 ans et je crois avoir mes 12 points », fait-il savoir. Pendant sa scolarité, celui qui est aujourd’hui l’un des animateurs incontournables de France Télévision était par ailleurs surnommé « "Quat’yeux" à cause des [ses] lunettes ou "l’Encyclopédie" pour moquer [sa] culture générale ».

« Certains couchent pour réussir, moi je n’ai même jamais été capable de réussir à coucher »

Mais ce « CV inattendu » est également l’occasion pour les admirateurs de Stéphane Bern d’en savoir davantage sur le début de sa carrière et notamment sur sa plus grosse honte professionnelle. « Invité dans l’émission "Du côté de chez Fred" de Frédéric Mitterrand, j’étais verbeux, coincé et surtout, j’avais des chaussettes blanches ! On ne voyait que ça », s'amuse-t-il. Une anecdote qui n’a toutefois pas empêché celui qui a adoré son passage dans « La parenthèse inattendue » de Frédéric Lopez de gravir les échelons, ce sans jamais flirté sur son lieu de travail – « même pas envisageable ». De même, il assure n’avoir jamais bénéficié d’une promotion canapé. « Certains couchent pour réussir, moi je n’ai même jamais été capable de réussir à coucher », plaisante-t-il.