Grossesse et maternité : les femmes discriminées au travail

Grossesse et maternité : les femmes discriminées au travail
Grossesse et maternité : les femmes discriminées au travail
Selon un baromètre CSA réalisé pour le Défenseur des droits et l'Organisation internationale du travail, le sexe et la maternité sont les deux critères de discrimination au travail en plus forte progression. Réaction de Jean-François Trogrlic, directeur du bureau de l’OIT pour la France.
A lire aussi
Le gouvernement Trump débat de l'assurance maternité sans aucune femme
News essentielles
Le gouvernement Trump débat de l'assurance maternité sans...

Tf : Plus d'un Français sur quatre affirme avoir été victime de discrimination au travail. Et parmi les critères de discrimination, le sexe et la maternité enregistrent une forte progression. Etes-vous surpris par ces résultats ?

Jean-François Trogrlic : Je ne suis pas surpris que le sexe soit un facteur de discrimination aussi important, c’est le cas depuis toujours. La question de l’égalité homme-femme est loin d’être résolue et revient de manière récurrente. En ce qui concerne la grossesse et la maternité, l’explication se trouve sans doute dans la manière dont sont gérées les carrières, les évolutions. Les interruptions liées à la grossesse sont considérés comme des contraintes extérieures qui vont venir bloquer les parcours professionnels. On paye la facture de ces nouvelles formes de management très tendues liées au climat de l’emploi.

Tf : Les salariés, les entreprises sont très sensibilisés à ces questions. Pourtant ils sont aussi de plus en plus à ne pas réagir ou se taire en cas de discriminations subies ou vues. Comment expliquer cela ?

J-F T : Oui c'est un des enseignements du sondage. La prise de conscience n'a jamais été aussi forte. Les entreprises qui ont mis en place des dispositifs propres à la lutte contre les discriminations, font avancer les choses. Désormais, cette question fait l'objet d’une prise en charge globale. La menace de la sanction, tout comme la sanction effective, hâte aussi cette prise de conscience. Néanmoins, on est actuellement sur un terrain mouvant, le repli individuel est dans l’air du temps, la peur de perdre son travail si on dénonce un comportement discriminatoire. N'oublions pas que la discrimination est vécue comme un sentiment de culpabilité immédiat. Cela n'encourage pas à parler.

Tf : Que préconisez-vous ?

J-F T : Il faut franchir une étape dans les dispositifs en place, inciter à plus de dialogue social car c’est un moyen efficace de lutter contre les discriminations. Les femmes doivent être davantage protégées dans les entreprises, la question de la parentalité mise à l'ordre du jour. Il faut un espace spécifique qui protège les jeunes femmes, qu’elles puissent avoir une organisation de leur travail adaptée.

Crédit photo : AbleStock.com

VOIR AUSSI

Les femmes avocates discriminées pendant la grossesse
Discrimination à l'embauche : le CV anonyme inefficace
Grossesse et travail : une femme sur quatre discriminée

Plus d'actu sur : Grossesse au travail : tous les conseils pour la vivre sereinement

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes