"Ma petite", "cocotte" : 80% des femmes ont déjà subi le sexisme au travail

"Ma petite", "cocotte" : 80% des femmes ont déjà subi le sexisme au travail
"Ma petite", "cocotte" : 80% des femmes ont déjà subi le sexisme au travail
Près d'un an et demi après avoir révélé dans une vaste étude que 8 femmes sur 10 considéraient être « régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes » au travail, le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes (CSEP) a remis à Marisol Touraine un rapport où sont émises 35 propositions pour faire tomber le tabou du sexisme en entreprise.
A lire aussi
Ces 25 hommes ont décidé du sort de l'utérus des femmes d'Alabama
News essentielles
Ces 25 hommes ont décidé du sort de l'utérus des femmes...


« Dis-donc, elle a de la ressource la petite ! », « Tiens ma cocotte, voilà le dossier que tu as demandé » ou encore le charmant « Elle est de mauvaise humeur, elle doit avoir ses règles » : non ces sympathiques réflexions ne sont pas issues d'un manuel de management des années 60 ou tirées d'un des films OSS 117. Elles sont, selon le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes (CSEP), encore régulièrement entendues sur le lieu de travail par de nombreuses femmes.

Loin d'être une pratique isolée, le sexisme en entreprise semble en effet être, au contraire, monnaie courante : selon une vaste enquête réalisée en décembre 2013 par l'institut de sondage LH2 pour le CSEP, 81% des femmes et 59% des hommes considéraient être « régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes » sur leur lieu de travail.

Et à ceux qui auraient pu croire qu'il ne s'agit là que de faits anecdotiques, les sondées affirmaient qu'au contraire, ils avaient directement un impact négatif sur leur confiance en elles : pour 93% d'entre elles, ces manifestations sexistes « peuvent modifier le comportement des salariés » et elles sont 92% à estimer qu'elles « ont un impact sur la confiance en soi » et qu'elles « déstabilisent le travail de ceux qui les subissent ».

>> Comment réagir face à une remarque sexiste au travail ? <<

Le sexisme au travail, pas toujours facile à identifier

Plus d'une année après la publication des résultats de l'enquête, le CSEP a remis ce vendredi à Marisol Touraine un rapport pour, enfin, faire tomber le tabou du sexisme en milieu professionnel. Metronews, qui a interviewé la ministre des Affaires sociales, liste quelques pistes : « introduire des questions sur le sexisme dans les enquêtes publiques », comme celles de l'Insee, « lancer une campagne nationale de communication dans les médias », « recommander aux employeurs de former l'ensemble des salarié-e-s » … Au total, 35 recommandations ont été émises par le CSEP pour lutter contre le sexisme en milieu professionnel.

Dans son rapport, le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle note également la difficulté qu'ont aujourd'hui les femmes et les hommes à identifier ou à dénoncer le sexisme, « soit parce que les stéréotypes sont à ce point intériorisés que le sexisme du quotidien devient invisible, soit que le coût engendré par la dénonciation du sexisme est jugé disproportionné. »

Pour faciliter l'identification du sexisme au travail et sa répréhension, le CSEP souhaite que les entreprises soient incitées à modifier leurs règlements intérieurs, trop souvent « aveugles au sexisme ». Il conseille aussi de « recommander aux employeurs d'user de leur pouvoir disciplinaire pour affirmer le caractère inacceptable des comportements de sexisme ordinaire. » Pour cela, la formation et la sensibilisation des managers à l'identification des comportements sexistes, dirigeants et autres acteurs du monde du travail est indispensable.

Et les auteurs du rapport du CSEP d'établir la liste, pour les y aider, des trois formes de sexisme les plus répandues : le sexisme « hostile » (« Les femmes sont moins compétentes que les hommes »), le sexisme « subtile ou masque » et qui prend généralement le prétexte de l'humour (« Oh, fais pas ta blonde ! ») et enfin « le sexisme ambivalent, voire bienveillant » comme le paternalisme infantilisant (« Demande à la petite, c'est elle qui gère le dossier »).

>> Petit guide antisexiste à l'usage des hommes au travail <<

Plus d'actu sur : Journée de la femme 2015

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes