Les 7 conditions du bonheur au travail

Les 7 conditions du bonheur au travail
Les 7 conditions du bonheur au travail
Près de trois quarts des Français sont heureux au travail, et même 63% sont passionnés par leur boulot, d’après un sondage Vivavoice pour Le Nouvel Obs. Quel est donc le moteur de ces actifs zélés et fiers de l'être ? Réponse : la reconnaissance, pas celle qu'on lit sur la fiche de salaire, mais le « bravo » ou le « merci » du boss. CQFD.
A lire aussi


Les trois quarts des Français (ceux qui ont la chance d’avoir un travail) sont heureux au travail, voilà la seule nouvelle réjouissante de la semaine avec le baptême de l’adorable Prince Georges. C’est ce que révèle le sondage réalisé par l’institut Vivavoice pour le Nouvel Observateur (édition du 24 octobre) auprès d’un panel de 5000 actifs français. D’après cette étude, un peu plus d’un quart des actifs (26%) ne sont « pas heureux » de se lever le matin pour aller bosser, 60% sont « assez heureux », et 13% se disent « très heureux » dans leur travail. Ils seraient même 63% de veinards à exercer leur profession avec « passion ». Des chiffres plus que réjouissants sur le marché du travail français. Á titre de comparaison, une étude menée par Randstad en 2012 estimait le bonheur professionnel dans 32 pays : au niveau européen, Danemark (79% de travailleurs heureux), Norvège (81%) et Suisse (78%) remportaient la palme, tandis que la Grèce, la Hongrie et la Slovaquie arrivaient derniers. La France occupait dans cette étude une place intermédiaire avec 65% d’actifs satisfaits.

Le bonheur au travail, à quelles conditions ?

Qu’est-ce qui rend nos travailleurs heureux ? Premier constat de l’enquête du Nouvel Obs, l’importance de la reconnaissance : les actifs interrogés qui estiment être vraiment reconnus par leurs supérieurs sont heureux pour 94% d’entre eux. Les autres ingrédients plébiscités sont, dans l’ordre : un métier qui passionne et qui n’est pas pénible, de bonnes relations avec les collègues, des conditions matérielles agréables, un sentiment d’être utile, et un contrat non précaire, évidemment. 

Les métiers qui rendent heureux, ou pas

Contre toute attente, ce ne sont pas les chirurgiens, les PDG ou les artistes qui sont les plus heureux, mais les cadres fonctionnaires (heureux pour 90% d’entre eux), suivis de près par les agriculteurs (86%) qui gardent le sourire malgré les soucis, tout comme les profs (85%),et les commerçants (84%). Les médecins, pharmaciens et professions libérales avoisinent tout de même les 85% d’heureux, tandis que tout en bas de l’échelle du bonheur on trouve les professionnels de la banque et de l’assurance (63% d’heureux tout de même), les ouvriers de l’ industrie (62%), et enfin les agents d’entretien (56%).