Le média training ou comment préparer ses interventions publiques

Le média training ou comment préparer ses interventions publiques
Le média training ou comment préparer ses interventions publiques
Prendre la parole devant un micro ou une caméra est un exercice difficile, qui s'apprend et demande de l'entraînement. Si les hommes politiques sont déjà rodés à la tâche, l'exposition médiatique concerne de plus en plus de métiers et de secteurs qui font à leur tour appel à des coaches en média training.
A lire aussi
Quand les médias préfèrent les gilets jaunes à la marche #NousToutes
News essentielles
Quand les médias préfèrent les gilets jaunes à la marche...


Communication des derniers chiffres de l’entreprise, lancement produit, situation de crise : nombreuses sont les occasions pour un dirigeant ou un porte-parole d’intervenir face aux médias. Mais la manœuvre peut s’avérer périlleuse si la prise de parole n’a pas été préparée ou l’a mal été. Afin de ne pas rater son intervention médiatique et de véhiculer le message voulu, les médias trainers dévoilent les ficelles journalistiques à ceux qui prennent la parole. Technique répandue depuis longtemps aux États-Unis, le média training se développe en France, où l’on comprend petit à petit que la prise de parole se travaille.

« La plupart des personnes concernées sont des chefs d’entreprise et des cadres dirigeants, révèle Gaëlle Copienne, coach en média training. Ils font appel à un média trainer pour répondre à des interviews ou dans le cadre de prises de parole au sein de l’entreprise à l’occasion par exemple d’une convention ou d’une assemblée générale devant des actionnaires ». Le média training va alors porter sur deux axes : le fond et la forme. Le fond d’abord, avec le message que doit faire passer l’orateur.

Il y a alors une règle d’or : le discours doit porter un message clef. « On est souvent trop tenté d’en dire trop, or l’essentiel au contraire est de savoir structurer son message au risque d’être contre-productif », souligne Gaëlle Copienne. Le mode d’emploi ? Mettre en avant le message principal, l’étayer de quelques exemples choisis et donner des chiffres récents qui mettent le propos en perspective. Côté forme, il faut d’abord soigner ce qui relève du verbal : « nous conseillons des phrases courtes, incisives, qui permettent de soutenir un discours clair », précise la coach. Vient ensuite le travail sur l’attitude. Le locuteur doit réguler sa respiration, afin de rythmer son allocution. « Il s’agit également de maîtriser son sourire et son regard, deux aspects essentiels dans la communication », recommande Gaëlle Copienne.

Pour ce faire, le média training propose des exercices pratiques, à savoir des séances de simulation d’interview, systématiquement filmées. « La caméra est un outil idéal, explique la coach. Les vidéos réalisées permettent aux personnes de s’appréhender de l’extérieur, de prendre conscience de l’image qu’elles renvoient ». Et ainsi de corriger les erreurs. D’une durée de quatre heures, les séances peuvent être organisées avant une échéance précise et programmée, ou bien tout au long de l’année pour un entraînement général à la prise de parole.
« Le coach en média training est un accompagnateur, résume Gaëlle Copienne. Il aide à mettre le propos en forme et à le rendre plus percutant auprès des médias, que ce soit la presse écrite, la télévision ou la radio ».



Gaëlle Copienne

Crédit photo : Goodshoot

VOIR AUSSI

Au Women’s forum, focus sur les femmes et les médias
L’entretien d’embauche
Les radios d’entreprise ont le vent en poupe
Ariane Massenet : « Dans C’est de famille, les célébrités ne peuvent pas mentir »
Différences entre coaching de vie et coaching d’entreprise
Choisissez bien votre coach