Mylène Riad et Mohamed Riad, fondateurs de MM Sports

Mylène Riad et Mohamed Riad, fondateurs de MM Sports
Mylène Riad et Mohamed Riad, fondateurs de MM Sports
MM Sports, comme Mylène et Mohamed Riad, les deux créateurs de ce concept de coaching sportif qui se développe à vitesse grand V à Paris. Entre l'équipement et la gestion de salles de sport dans de grands cabinets d'avocats, et des clients particuliers fortunés à entraîner, le couple a réussi sa reconversion sportive.
A lire aussi


Mylène et Mohamed se sont rencontrés sur les tatamis de judo de l’équipe de France, il y a dix ans. Alors qu’ils enchaînent combats et médailles, le couple de sportifs de haut niveau se pose rapidement la question de sa reconversion. « Je suis passionné par la préparation physique, indique Mohamed, j’y ai donc consacré quelques heures à côté du judo puis Mylène m’a suivi. » Mais l’idée n’est pas uniquement de devenir coachs sportifs : Mohamed et Mylène veulent développer leur propre société de gestion de salles de sport. Ils ont d’ailleurs économisé 75 000 euros dans ce but. Mais à Paris, impossible de louer une salle car la location est bien trop onéreuse. Ils doivent donc s’implanter au cœur des sociétés, afin de limiter les charges fixes.

Or, en 2010, le frère de Mohamed, en stage dans un grand cabinet d’avocats à Paris, leur présente le manager à qui ils exposent leur projet. Ce dernier leur donne les clés de la salle de sport, pour l’aménager et la faire vivre. Il les aide même à déposer les statuts de SAS de la société. « Nous apportons une crédibilité, une expertise, et une vraie équipe, » souligne Mohamed. MM Sports s’occupe de l’achat du matériel, et du recrutement des professeurs. Le cabinet leur paie un abonnement sur 11 mois (entre 2 000 et 4 000 euros mensuels, en fonction de la taille de la salle), qui comprend la location du matériel, et un certain nombre de cours collectifs. De leur côté les avocats et salariés du cabinet peuvent prendre des cours individuels qu’ils paieront eux-mêmes (75 euros TTC la séance). Pour l’instant, deux coachs, de yoga et de boxe, travaillent pour eux avec le statut d’autoentrepreneur. Le couple assure le reste des cours : stretching, yogas, abdos fessiers, qu’ils adaptent en fonction de leur expérience de sportifs de haut niveau, et de la condition physique de leurs clients. « On ne compte pas notre temps, car le secret de la réussite, c’est d’être passionné, » estime Mylène. Leur autre force est d’être en couple. « On se donne des idées et on se complète bien, » estime la jeune femme qui s’occupe davantage de l’administratif. Mohamed, lui, s’épanouit plus dans le relationnel et le démarchage de nouveaux clients.

Grâce au succès de la première salle de sport et à un prêt bancaire, Mylène et Mohamed ont pu en ouvrir une deuxième en septembre dernier, dans un autre cabinet d’avocats. Une troisième est programmée pour janvier. L’objectif : ouvrir au moins une salle par an, avec pourquoi pas un développement en France et à l’international. Mais le couple garde la tête froide : « aujourd’hui on en vit mais si ça ne marche pas, on n’est pas sans rien, reconnaît Mylène en faisant référence à leur parcours professionnel de judokas, on pourra retrouver un travail. »

Leurs conseils :
-    Être passionné
-    Ne rien lâcher, croire en son projet
-    Avoir de la rigueur en faisant ses propres choix

Leur bio :
31 juillet 1983 : naissance de Mylène à Orléans
21 août 1984 : naissance de Mohamed à Asnières-sur-Seine
Octobre 2002 : Mylène, médaille de bronze aux championnats du monde de judo en Corée
18 janvier 2009 : Mohamed champion de France de judo
19 juin 2010 : mariage
Septembre 2010 : ouverture 1e salle MM sport à Paris, 8e
Septembre 2011 : ouverture 2e salle à Paris, 8e

Retrouvez tous les lundis nos portraits de créateurs dans le Parisien Économie

VOIR AUSSI

Rencontre avec Shiva Shaffii, créatrice de La P'tite Bête
Rencontre avec Antoine Frankart et Matthieu Dallon, fondateurs d'Oxent
Rencontre avec Jennie Kergoat-Ruelland, fondatrice du Manoir des Sacres
Rencontre avec Matthieu Pinon et Mickaël Bizouati, créateurs des Insurgés