La chirurgie de la mâchoire fait fureur en Corée du Sud

La chirurgie de la mâchoire fait fureur en Corée du Sud
La chirurgie de la mâchoire fait fureur en Corée du Sud
Les Coréennes sont de plus en plus nombreux à se faire refaire la mâchoire pour des raisons esthétiques. Une opération pourtant lourde et dangereuse et qui peut avoir des conséquences dramatiques.
A lire aussi


La nouvelle lubie beauté des Coréennes ? la chirurgie de la mâchoire. Elles sont en effet de plus en plus nombreuses à passer par la case chirurgie pour se conformer aux canons de beauté.

L’opération de la mâchoire ou chirurgie orthognatique consiste en général à transformer une mâchoire carrée et imposante en une mâchoire fine et anguleuse. À l'origine, elle est préconisée en cas de prognathie (lorsque la mâchoire est trop avancée par rapport au reste du visage), ou de rétrognathie (quand la mâchoire est trop en arrière). Elle modifie le squelette facial et permet ainsi d’effacer ces déformations dentaires qui gênent la mastication notamment. C’est une opération très lourde.

Seulement, aujourd'hui, elle se fait presque uniquement dans un but esthétique, et la majorité des patients n’hésitent pas à sauter le pas, sans connaître les risques encourus. Pour de nombreuses Coréennes, le danger n’est rien face au rêve d'avoir un visage dessiné en V, avec un nez relevé et de grands yeux à l'occidentale. Car en Corée du Sud, la beauté, surtout pour les femmes, prime sur tout le reste.

D'après une récente étude réalisée dans le pays, 52% des femmes opérées sont sujettes à des complications postopératoires. Celles-ci peuvent aller d'une simple perte de sensibilité à la paralysie. Le nombre de plaintes déposées auprès de l'agence de défense des consommateurs a quant à lui triplé.

Selon la Société internationale des chirurgiens plastiques et esthétiques (ISAPS), la Corée du Sud enregistre l'un des taux d'interventions les plus élevés au monde par habitant, derrière les États-Unis, le Brésil, la Chine, l'Italie, le Mexique et le Japon. Il faut dire que la publicité vantant le pouvoir de la chirurgie esthétique est omniprésente en Corée du Sud, et on ne compte plus les personnalités qui viennent témoigner à la télévision sur leur « résurrection » postopératoire. Sur certaines affiches placardées dans le métro à Séoul, on peut lire : « La clinique de la chirurgie des mâchoires choisie par les femmes les plus exigeantes », ou encore « Elles l'ont toutes fait, sauf toi ».

La Corée du Sud « est une nation patriarcale dont les femmes ont à la fois besoin de cerveau et de beauté, et plus souvent la beauté que le cerveau, si elles veulent trouver un emploi, se marier et survivre à chaque étape de leur existence », explique Lim In-Sook, professeur de sociologie, à l'AFP. Un avocat a récemment proposé d'imposer un âge minimum légal pour avoir recours à la chirurgie orthognatique sans justification thérapeutique.

Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

Miss Corée du Sud 2013 : abus de chirurgie esthétique chez es candidates - photos
Corée du Sud : Park Geun-Hye, la présidente qui n'a cure de l'émancipation des femmes
La TVA à 19,6% pour les opérations de chirurgie esthétique