Le thigh gap : la nouvelle et dangereuse obsession des ados

Le thigh gap : la nouvelle et dangereuse obsession des ados
Le thigh gap : la nouvelle et dangereuse obsession des ados
Pour beaucoup d'adolescentes, le must en matière de beauté ne réside pas seulement dans la finesse de la silhouette, et encore moins dans les traits ciselés du visage. L'ultime critère d'esthétisme est désormais le « thigh gap », c'est-à-dire l'espace visible entre les cuisses. Prenant pour exemple des clichés de mannequins ultra-minces dont les derniers semblants de formes ont été gommés sur Photoshop, les jeunes filles n'hésitent pas à s'échanger des conseils drastiques sur Internet pour ressembler à ces modèles trafiqués et obtenir elles aussi ce fameux thigh gap. Quitte à mettre leur santé en danger.
A lire aussi
Tide Pod Challenge : le nouveau défi dangereux qui sévit chez les ados
News essentielles
Tide Pod Challenge : le nouveau défi dangereux qui sévit...


On pensait le mouvement « pro-ana », qui, durant les années 2000, a prôné l'anorexie comme un mode de vie et fait des émules (et des morts) chez les jeunes filles, tombé définitivement aux oubliettes. C'était sans compter sur le pouvoir d'Internet, qui continue de véhiculer auprès des adolescentes du monde entier de nouveaux symboles de beauté. Le dernier en date, après les clavicules saillantes, les poignets ultra-fins et les os des hanches apparents, le thigh gap.

Nouvel idéal ultime de minceur, le thigh gap se caractérise par l'écart visible entre les cuisses lorsque l'on se tient debout les pieds joints. Nouveau Graal des jeunes filles en quête permanente de perfection, le thigh gap reste pourtant, dans les faits, l'apanage d'une très petite minorité de filles. Caractéristique physique de beaucoup de pré-adolescentes qui, à la puberté, voient leur bassin s'élargir légèrement tandis que leurs jambes conservent leur finesse infantile, le thigh gap disparaît le plus souvent lorsque le corps a atteint sa condition adulte

Tumblr, repaire des « pro-thigh gap »

Pourtant, de nombreuses adolescentes continuent de persévérer dans leur quête du thigh gap, quitte à s'affamer et à mettre leur vie en danger. Sur Tumblr, mais aussi sur Twitter, Instagram et Pinterest, les comptes et les blogs consacrés au fameux écart entre les cuisses se sont multipliés. À l'aide du hashtag #thighgap, les ados du monde entier se refilent astuces et tuyaux pour atteindre ce nouveau gage de minceur. Elles érigent aussi en modèles les célébrités qui sont dotées du thigh gap. Sous le hashtgag #thinspiration, elles s'échangent ainsi des photos des tops britannique Alexa Chung et Kate Moss, d'Eleanor Calder, copine d'un des membres de One Direction ou encore des mannequins ayant défilé pour Victoria's Secret.

Interrogée par Slate, la psychologue de l'enfance et de l'adolescence Barbara Greenberg impute d'ailleurs à la marque de lingerie cette nouvelle obsession des adolescentes pour le thigh gap. Victoria's Secret avait en effet l'an dernier retouché des photos de mannequins en maillot de bain pour rendre apparent l'espace entre leurs cuisses.

Des « remèdes » drastiques

De leur côté, les ados semblent ignorer les retouches faites sur les cuisses de leurs idoles et sont prêtes à tout pour leur ressembler. Elles se conseillent ainsi des exercices drastiques pour muscler l'intérieur des cuisses : « Ne mange rien de plus gros qu'une tasse », « Bois de l'eau glacée pour brûler les calories plus rapidement » ou encore « Entoure-toi la taille avec une écharpe pour avoir le ventre serré quand tu passes à table » sont autant de remèdes soi-disant miracles qui prouvent que le spectre de l'anorexie ne plane jamais loin lorsqu'il est question de thigh gap.
Comme lorsque les adolescentes affamées recommandent d'avaler des boules de coton trempées dans du jus d'orange ou de la confiture pour donner un sentiment de satiété, au risque de provoquer une occlusion de l'estomac.

Véritablement dangereux pour la santé des jeunes filles, le phénomène du thigh gap est indissociable de la dictature de la minceur et du corps parfait, que le rôle communautaire d'Internet exacerbe un peu plus. Psychiatre et psychothérapeute, Christophe Bagot a ainsi expliqué à Slate : « Le fait d'être conscientes qu'elles ne sont pas seules peut parfois beaucoup aider les anorexiques à s'en sortir, mais à l'inverse, les plates-formes qui véhiculent sur le web des conseils tendent à justifier auprès du jeune public le bien-fondé de l'amaigrissement. » Et si en France, l'Assemblée nationale prévoit de légiférer sur les photos retouchées suite à la demande de la députée Valérie Boyer, pas sûr toutefois qu'une telle mesure suffise à lutter contre le culte dangereux du corps parfait.

VOIR AUSSI

Des mannequins plus rondes feraient des femmes plus confiantes
La note bleue : lutter contre l'anorexie des adolescentes

Karl Lagerfeld : "Personne dans la mode ne travaille avec des anorexiques"

The Vogue factor : mannequins et anorexie, 5 révélations scandaleuses

Dans l'actu