Le "régime miel" : méthode miracle ou gros foutage de gueule ?

Le "régime miel" : méthode miracle ou gros foutage de gueule ?
Le "régime miel" : méthode miracle ou gros foutage de gueule ?
La nouvelle mode en matière de régimes minceur s’appelle le « Honey Diet ». Cette nouvelle méthode pourrait faire perdre jusqu’à 1,5 kilos par semaine. Terrafemina vous explique pourquoi ce régime n’a rien de révolutionnaire.
A lire aussi
L'Allemagne débat sur une loi anti-avortement datant du régime nazi
News essentielles
L'Allemagne débat sur une loi anti-avortement datant du...


Finis régime Dukan, « boule de coton » et autres  ! Un nouveau régime censé nous aider à perdre du poids vient de débarquer : le « Honey Diet ». D’après le Daily Mail, cette nouvelle diète est la dernière méthode en date pour s’alléger avant les fêtes de fin d’année. Sur le papier, c’est très simple : il suffit de remplacer le sucre blanc par du miel. Le concept du « Honey Diet » vient en effet du nutritionniste Mike McInnes, spécialiste des substituts naturels au sucre. Selon lui, remplacer le sucre par du miel rendrait les friandises « inoffensives ». Et avaler une cuillère de miel avant le coucher permettrait également de réguler les envies de sucre que l'on peut avoir au cours de la journée.

Pas de miracle

Mais si vous croyiez qu'il suffisait d'avaler du miel pour mincir, détrompez-vous ! Le Daily Mail ajoute que ce régime révolutionnaire doit être impérativement associé à des règles d’or, qui ressemblent fort à celles des des régimes traditionnels. Pas de pommes de terre, pas de junk food, le moins d'aliments industriels possible, des glucides complexes plutôt que des glucides simples, une journée sans glucides par semaine, des protéines à chaque repas, des salades et légumes à volonté, des fruits deux fois par jour... En somme, le « Honey Diet » est un régime classique. Circulez, y'a rien à voir.

VOIR AUSSI

Régime crétois, japonais... Quelle est l'alimentation idéale ?
Régime : deux femmes sur trois veulent maigrir
10% du miel commercialisé en France est faux