Bhoutan : fini le "bonheur national brut" ?

Bhoutan : fini le "bonheur national brut" ?
Bhoutan : fini le "bonheur national brut" ?
Le royaume du Bhoutan, connu pour préférer le « bonheur national brut » au plus classique « produit intérieur brut », quantifiait le bonheur de ses habitants plutôt que leur richesse. Une valeur qui est en passe d'être démodée, depuis l'accession au pouvoir du People's Democratic Party le 13 juillet dernier. Ils considèrent en effet que cette approche socio-économique naïve n'est qu'une fantaisie destinée à attirer l'attention de la communauté internationale.
A lire aussi


Du Bhoutan, minuscule monarchie d’Asie du Sud, on connaît surtout le « bonheur national brut ». Depuis 1972, cette unité est basée sur différentes mesures, qui encouragent une croissance et un développement économique responsable, la conservation de la culture bhoutanaise, la sauvegarde de l’environnement et une gouvernance responsable.

« Du vent destiné à attirer l’attention »

Cette valeur idéologique a beau être originale et plutôt louable, elle fait aujourd’hui ricaner les démocrates du People's Democratic Party (PDP), au pouvoir depuis le samedi 13 juillet 2013. « L’insistance du DPT [Druk Phuensum Tshogpa, ancien parti monarchiste, ndlr] à jouer la carte du bonheur national brut n’est que du vent destiné à attirer l’attention de la communauté internationale. Cette politique n’a jamais apporté quoi que ce soit au peuple du Bhoutan », estime Tshering Tobgay, leader du PDP.

Car en pratique, le « bonheur national brut » du pays est plutôt en berne : taux de chômage record, augmentation de la délinquance, exode rural massif, et pauvreté grandissante ont de quoi miner le moral des habitants. Une pauvreté renforcée par l'arrêt récent des subventions indiennes. 

Le Bhoutan, dépendant de l’Inde

Les 700 000 habitants de la « Terre du Dragon » étaient sous semi-protectorat indien de 1947 à 1971. L'Inde subventionnait toujours, jusqu’au début du mois de juillet, le gaz domestique et l’essence du pays. À la suite de la suppression de cette aide, le prix de la bouteille de gaz a doublé en une journée. Certains estiment que la fin de ces subventions est due à une association économique du Bhoutan et de la Chine qui aurait grandement déplu à l'Inde : l’an dernier, une vingtaine d’autobus avaient été achetés à la Chine.

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Comment être plus heureux : 10 méthodes scientifiquement prouvées
Le bonheur, c'est avoir 38 000 euros de revenu et aucun enfant
Un indicateur pour mesurer le bonheur