Un couple arrêté pour avoir voulu vendre sa fille sur Facebook au Brésil

Un couple arrêté pour avoir voulu vendre sa fille sur Facebook au Brésil
Un couple arrêté pour avoir voulu vendre sa fille sur Facebook au Brésil
Un couple a été arrêté à Recife, au nord-est du Brésil, alors qu'il s'apprêtait à vendre sa fillette de 2 ans à la sortie du métro. Les parents avaient posté une petite annonce sur Facebook où ils proposaient de céder leur enfant au plus offrant.
A lire aussi
Cette maman a arrêté de donner du sucre à sa fille : son expérience devient virale
News essentielles
Cette maman a arrêté de donner du sucre à sa fille : son...


Dans la banlieue de Recife, au nord-est du Brésil, un couple qui cherchait à vendre sur Facebook sa petite fille de deux ans, a été arrêté mardi soir, en pleine transaction, à la sortie du métro. C'est la femme avec qui ils étaient en négociation sur le réseau social pour céder leur fillette qui a donné l'alerte en prévenant la police locale.

Les parents ont été arrêtés en flagrant délit, et écroués, alors qu'ils avaient donné rendez-vous à la supposé acheteuse. Cette dernière, originaire de Campina Grande, dans l'État de la Paraïba, est en réalité une travailleuse sociale, qui a d'abord cru à une mauvaise blague. Le prix, demandé par le couple en échange de leur enfant ? 1 500 reais (soit 503 euros) en liquide et un ordinateur portable, auxquels devait s'ajouter le paiement en dix fois de 2 000 reais (un peu moins de 700 euros).

La porte-parole de la police de Recife a déclaré à l'AFP que « la mère, 23 ans, a dit qu'elle voulait de l'argent pour aller se prostituer en Europe. Le père, 40 ans, n'a rien dit ». Selon le commissaire de police en charge de l'affaire, cité par le site d'informations G1, ce dernier « n'a pas participé aux conversations sur le réseau social, mais était présent au moment de livrer l'enfant, qu'il tenait dans ses bras ».

Le couple, arrêté mardi soir, a été incapable de payer la caution de 15 000 reais (plus de 5 000 euros) réclamée pour leur libération. Il est aujourd'hui derrière les barreaux. Leur petite fille, elle, a été confiée aux services sociaux.

Ce n'est pas la première fois que le réseau social est utilisé pour le commerce d'enfants. En avril dernier, un Indien avait cherché à vendre son petit-fils sur Facebook pour 640 euros, avant d'être arrêté. Et, aux États-Unis, un réseau de trafic d'enfants adoptés actif sur le réseau et sur Yahoo!, a récemment été dénoncé.

VOIR AUSSI

Bébés volés de la dictature argentine : deux responsables condamnés
Trafic de bébés roms : deux hommes mis en examen

Indonésie : il stoppe son cambriolage pour bercer un bébé

La Chine lance une enquête sur l'enlèvement d'enfants adoptés à l'étranger

Dans l'actu