Attentat de Karachi : Guéant remet en avant la piste islamiste

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a réactivé la piste islamiste concernant l'attentat de Karachi, qui a fait 15 morts le 8 mai 2002 dont 11 ouvriers français de la DCN. Une hypothèse contraire à celle de la justice, qui opte pour un règlement de compte après l'arrêt des commissions dans le contrat d'armement avec le Pakistan.
A lire aussi


« Pour le ministère de l'Intérieur, la piste privilégiée a toujours été la piste islamiste ». C’est ce qu’a déclaré Claude Guéant au forum Radio J, concernant l’affaire Karachi, et plus précisément les causes de l’attentat du 8 mai 2002. Cette piste avait à l’époque été suivie par le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. Cette attaque avait coûté la vie de quinze personnes, dont onze ouvriers français de la Direction des constructions navales (DCN). Cette branche du ministère de l’Intérieur était en charge de la fabrication de trois sous-marins pour le Pakistan, après la signature du contrat Agosta en 1995.
Les juges Marc Trévidic et Renaud Van Ruymbeke ont, quant à eux, suivi la piste de l’arrêt du versement de commissions pour l’obtention du contrat d’armement. Jacques Chirac, élu président en 1995, aurait fait stopper ces pratiques après avoir émis des doutes sur d’éventuelles rétro-commissions, qui auraient servi à financer la campagne d’Édouard Balladur. Mais Claude Guéant réfute cette idée, affirmant que « le ministère de l’Intérieur ne disposait d’aucun élément permettant d’accréditer cette thèse ». Pour rappel, Nicolas Sarkozy est, d’après l’avocat des victimes Me Olivier Morice, « au centre de cette affaire » puisqu’il était à l’époque ministre du Budget et porte-parole de la campagne d’Édouard Balladur.

Nicolas Pouilley

Avec AFP
Crédit photo : AFP/Archives

VOIR AUSSI

Décryptage : comprendre l’affaire Karachi point par point
Affaire Karachi : Takieddine parle de « complot » et accuse Villepin
Affaire Karachi : Takieddine demande à Sarkozy la levée du Secret Défense
Affaire Karachi : une pétition réclame la levée du Secret Défense
Affaire Karachi : deux proches de Sarkozy dénoncés
Affaire Karachi : entendu par la PJ, Hortefeux se dit « soulagé »
Affaire Karachi : la fille de Thierry Gaubert défend son père