Marine Le Pen "étonnée" par la barbe et le chèche des ex-otages

Marine Le Pen "étonnée" par la barbe et le chèche des ex-otages
Marine Le Pen "étonnée" par la barbe et le chèche des ex-otages
Marine Le Pen s'est dite « dubitative » face aux images des ex-otages du Niger libérés mardi 29 octobre. Selon la chef de file du Front national, beaucoup de Français ont ressenti « un malaise » devant les images du retour de ces quatre hommes dont elle qualifie la réserve et l'habillement d'« étonnants ».
A lire aussi
Barbie veut maintenant combattre les clichés sexistes : on y croit ?
News essentielles
Barbie veut maintenant combattre les clichés sexistes :...


Invitée d'Europe 1 ce jeudi 31 octobre, Marine Le Pen a dit avoir été gênée la veille par les images du retour des quatre otages d’Arlit : leur attitude réservée, leurs vêtements, leurs barbes. « J’ai trouvé ces images étonnantes, cette extrême réserve étonnante, leur habillement étonnant », a commenté la députée européenne, alors qu'on lui demandait si elle avait été touchée par l’accueil à l’aéroport militaire de Villacoublay des quatre hommes détenus pendant trois ans.

« J’ai ressenti un malaise et je pense que je n’ai pas été la seule », a poursuivi Marine Le Pen qui s'est attardée sur l'apparence physique des ex-otages. « Leur barbe taillée d'une manière qui était tout de même assez étonnante, l'habillement était étrange [...] Cet otage avec le chèche sur le visage. Cela mérite quelques explications de leur part », a-t-elle estimé.

« Je n’irai pas jusqu’à faire des théories »

« Marine Le Pen a t-elle été inspirée par la série Homeland ? », s'interroge l'Express, faisant référence à cette fiction dans laquelle un ancien soldat américain est converti à l'Islam par ses ravisseurs. Interrogée par le journaliste Thomas Sotto sur une possible référence de religion, Marine Le Pen a nié en bloc : « Je ne suis pas dans l'allusion (...) Je n’irai pas jusqu’à faire des théories parce que je ne serais pas dans mon rôle », a-t-elle éludé.

Devant les soupçons de rançon payée par le gouvernement, l'arlésienne des prises d'otage, Marine Le Pen a indiqué qu'elle était favorable à ce qu'aucune somme ne soit jamais versée. « On paye les rançons aujourd’hui, mais ne paye-t-on pas aussi les enlèvements de demain ? Ne pas payer de rançon ne veut pas dire que les otages vont mourir. C’est un risque qu’il faut prendre, d’autant que nous avons des services de renseignements et une armée capables de récupérer nos otages sans verser des rançons qui sont une incitation à réitérer à l’infini ces enlèvements de compatriotes français ».


Marine Le Pen : "Ne pas payer de rançon ? Un... par Europe1fr