Des experts favorables à la prolongation du parc nucléaire français

Des experts favorables à la prolongation du parc nucléaire français
Des experts favorables à la prolongation du parc nucléaire français
Dans cette photo : Eric Besson
La commission d'experts « Energies 2050 » a remis lundi à Éric Besson, le ministre de l’Énergie, un rapport favorable à la prolongation au-delà de 40 ans de la durée de vie du parc nucléaire français, confortant ainsi le scénario énergétique du gouvernement. Les écologistes ont dénoncé cette option nucléaire « malhonnête » présentée comme la solution la moins chère.
A lire aussi


La commission « Energies 2050 » a remis lundi à Éric Besson le rapport que lui avait commandé à l’automne le ministre de l’Énergie. Les experts se sont prononcés pour une prolongation au-delà de 40 ans de la durée de vie du parc nucléaire français, la solution à leurs yeux la plus « optimale » et la « moins chère ». Ils estiment que des fermetures prématurées de centrales, décidées pour des motifs autres que la sécurité, feraient grimper les prix de l’électricité, les émissions de CO2 et détruiraient 150.000 emplois.

Le rapport a dressé un tableau noir des conséquences d’une réduction de la part de l’atome dans la production d’électricité de 75 à 50% d’ici 2030, prônée par les socialistes et les Verts, et conforte de fait le scénario du gouvernement. Il recommande aussi la construction d’un « petit nombre d’EPR » pour préparer la fermeture progressive des réacteurs les plus anciens.

Ces annonces ont soulevé de vives critiques chez les écologistes, notamment Greenpeace qui a trouvé « malhonnête de faire croire aux Français que l'option nucléaire serait la moins chère ». Allonger la durée des centrales reviendrait à « changer le moteur d'une voiture épave plutôt que d'acheter une voiture moderne qui pollue moins », a commenté Eva Joly, la candidate EELV à la présidentielle. La CFDT, associée aux travaux de la commission, a pris ses distances avec ses conclusions et dénoncé leur « exploitation politique ». Le gouvernement a, quant à lui, salué ce rapport qui soutient sa volonté de maintenir le nucléaire comme « socle » de la production d'électricité. « Nous devons à la fois préparer la prolongation de la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans, et poursuivre le programme de construction des réacteurs de troisième génération EPR, avec un deuxième réacteur français à Penly, après celui de Flamanville », a plaidé Éric Besson.

Élodie Vergelati

Avec AFP
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

ASN : pas de fermeture de centrales nucléaires mais des exigences accrues
Accord difficile entre le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts
62% des Français souhaitent une sortie progressive du nucléaire
Centrales nucléaires : des failles importantes dans la sécurité
Nathalie Kosciusko-Morizet : on ne « négocie » pas le nucléaire
Crise japonaise : Peut-on se passer de l'énergie nucléaire ?

L’INFO DES MEMBRES

Les centrales nucléaires vues par la Cour des comptes