François Bayrou se veut le candidat des agriculteurs

François Bayrou se veut le candidat des agriculteurs
François Bayrou se veut le candidat des agriculteurs
Dans cette photo : François Bayrou
A l'occasion du Salon de l'agriculture, François Bayrou a mis en avant ses racines paysannes et sa compréhension du monde agricole, dénonçant d'autres candidats ne voyant chez les agriculteurs qu'une « clientèle électorale ».
A lire aussi
Une candidate à Miss USA veut se faire retirer les seins préventivement
femmes
Une candidate à Miss USA veut se faire retirer les seins...


Le salon de l’Agriculture a ouvert ses portes samedi dernier à la porte de Versailles, sonnant le glas d’un passage désormais obligé pour tout candidat qui brigue l’Elysée. C’est dimanche que François Bayrou s’y est rendu, revêtant pour l’occasion son costume d’exploitant agricole des Pyrénées Atlantiques. Fils de paysan, éleveur lui-même, le candidat centriste s’est ainsi présenté comme le seul candidat à la présidentielle à comprendre réellement les problèmes des agriculteurs, dont il entend bien défendre la cause à l’Elysée. Face à une nuée de caméras, pourfendant la foule du Salon, il s’est défendu de toute visée électoraliste : « les agriculteurs, ce n'est pas une clientèle électorale, c'est une pratique, une culture que je connais de l'intérieur. Il faut arrêter de prendre ces hommes et ces femmes simplement comme des bulletins de vote », a-t-il ainsi lancé.

« Le seul candidat qui ait une vie dans le monde agricole »
Le candidat du Modem a tenu à rappeler ses racines paysannes : « l'agriculture j'y suis né, j'y ai passé toute ma vie et j'ai voulu rester chef d'exploitation », a-t-il  ainsi raconté. Avant de rappeler : « à l'âge de 20 ans, après le décès de mon père agriculteur, je me suis retrouvé à la tête d'une petite exploitation. Il y avait 17 vaches dont il fallait s'occuper. Je sais ce que c'est de faire naître des veaux, de semer, de faner. Je suis dans le monde politique, le seul qui ait, non seulement des racines, mais une vie dans le monde agricole », a souligné le candidat, dont le tracteur était devenu le symbole de sa campagne de 2007. Il tente ainsi de se démarquer des autres candidats, comme Nicolas Sarkozy, le premier à avoir visité le salon de l’agriculture 2012. Reste que deux sondages réalisés la veille du salon donnent François Bayrou soit second (18% des intentions de vote, OpinionWay) soit troisième (16%, Ifop) dans le classement des candidats préférés des exploitants agricoles : il reste loin derrière le chef de l’Etat, qui remporte 40% des voix dans les deux cas. « Moi, c'est pas pour faire semblant. Quand les élections seront finies je serai encore là », a fait valoir le centriste.

« Les agriculteurs ne perçoivent pas des aides mais des compensations »
Au cours de sa visite, entre ses échanges avec des éleveurs d'ovins et de bovins et les photographies avec les visiteurs,  F. Bayrou a abordé les problèmes rencontrés par les agriculteurs. « Ils vivent deux choses très blessantes. Quand on entend les pouvoirs publics dirent que le revenu agricole a été multiplié par trois ces dernières années, c'est peut-être vrai dans des secteurs privilégiés, mais en réalité, 90% du tissu agricole français n'arrive pas à avoir le Smic », a-t-il estimé. Par ailleurs, « pendant des siècles et à juste titre, les agriculteurs se sont vécus comme les meilleurs alliés de l'environnement. Et aujourd'hui, on les présente comme des ennemis, c'est quelque chose qui les meurtrit », a-t-il assuré, ajoutant qu’il souhaitait être le candidat qui veut « réconcilier » ces deux mondes.

L'objectif à long terme du candidat centriste ? Rendre au monde agricole la possibilité de « vivre des prix des produits qu'il vend ». « Les agriculteurs ne perçoivent pas des aides mais des compensations », fait valoir le président du MoDem, avant d’ajouter que c’est « la politique qui a choisi que les produits agricoles soient vendus à bas prix pour que les consommateurs aient un pouvoir d'achat supérieur ». Ce, avant de conclure : « il y a bien un univers dont on est sûr qu'il sera crucial pour l'avenir, c'est évidemment le monde agricole parce qu'il va falloir nourrir l'humanité de 7 puis 9 milliards d'individus et seuls les paysans savent le faire ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

François Bayrou : « J’ai autour de moi autant d’expertes femmes que d’hommes »
Présidentielle 2012 : François Bayrou parle « au nom des petits » dans le Nord
Sondage Présidentielle 2012 : percée de Le Pen, Mélenchon et Bayrou