Société
Réélire Donald Trump ? Ce serait accepter "quatre années de misogynie de trop", alerte la presse américaine
Publié le 5 juillet 2024 à 14:05
Par Clément Arbrun | Journaliste
Passionné par les sujets de société et la culture, Clément Arbrun est journaliste pour le site Terrafemina depuis 2019.
Alors que débats télévisés et discordes au sein même de l'électorat démocrate semblent exclure Joe Biden d'une course à la présidentielle qui lui serait défavorable, la presse US s'alarme de ce que pourrait représenter quatre années de plus de Donald Trump au pouvoir. Et notamment : pour les femmes...
Réélire Donald Trump ? Ce serait accepter "quatre années de misogynie de trop", alerte la presse américaine
Réélire Donald Trump ? Ce serait accepter "quatre années de misogynie de trop", alerte la presse américaine Alors que le débat Trump/Biden inquiète d'autant plus les électeurs démocrates quant à la crédibilité du Président actuel, les médias US s'alarment quant à l'éventualité d'une nouvelle présidence Trump.  Une nouvelle présidence Trump, alerte The Atlantic, reviendrait à quatre années de misogynie. Donald Trump a déjà bousculé les droits fondamentaux des femmes en s'attaquant notamment à l'IVG. Mais sa politique misogyne s'est depuis 2016 largement banalisée, notamment à cause des contenus masculinistes qui inondent TikTok. Droits des femmes, des personnes trans, des LGBTQ... Le Républicain hyper conservateur, s'il est réélu, n'aurait plus aucun conseiller pour le modérer, soutient le journal. Ce qui ne ferait qu'empirer la teneur de ses décisions et leurs conséquences. Dès lors, quelle opposition solide lui retourner dans le camp démocrate ? Seule Michelle Obama pourrait faire le poids, révèle un récent sondage Ipsos.
La suite après la publicité

"Que signifieraient quatre années supplémentaires de Trump pour les femmes ?". Ca, c'est la question cruciale que se pose un grand média outre atlantique : The Atlantic, justement. La presse américaine s'interroge à juste titre sur cette possibilité qui n'a rien d'une aberrante théorie. 

Effectivement, en cette année de course à la présidentielle américaine, rares sont ceux qui semblent croire en une nouvelle victoire du démocrate Joe Biden. Plus nombreuses sont les voix à désirer son désistement. Au profit, par exemple, d'une figure qui suscite une relative unanimité au sein du peuple états-unien : Michelle Obama, ex First Lady mais surtout avocate, autrice, femme d'affaires et "role model" parmi les plus inspirants qui soient.

Mais alors que le Parti Démocrate doit encore faire acte de sa décision à ce sujet en août prochain, les politologues et journalistes américains ne perdent pas de temps : ils souhaitent alerter public et lectorat - mais surtout : électeurs - quant à l'assurance concrète et très inquiétante d'une future présidence Trump. Donald Trump, républicain hyper conservateur connu pour ses saillies sexistes, mais aussi pour ce que son règne, et les nominations diverses accordées durant celui-ci, ont eu comme conséquences : une répression redoublée envers la possibilité du droit à l'avortement par exemple, amplifiée depuis la révocation par la Cour Suprême de l'historique arrêt Roe vs Wade.

Alors, que faut-il redouter d'un "Trump Président, chapitre 2"

La presse s'alarme : "Le plus effrayant avec l'idée d'une seconde présidence Trump, c'est que..."

Quiconque a suivi les quatre années de présidence Trump connaît ses prises de position à l'égard des femmes, de la communauté LGBTQ, des personnes transgenres... Et alors que s'achève la présidence Biden, le candidat républicain et ex vedette de téléréalité vient d'être reconnu coupable de 34 délits dans l'affaire hyper médiatisée qui l'oppose à l'ancienne star du X Stormy Daniels. Une affaire que les médias abordaient déjà largement... En 2016. Et dont la Cour suprême a repoussé pour un temps la finalité.

Si l'on pense aux effets concrets de ce règne sur la nation américaine, comme la mise à mal catastrophique du droit à l'avortement, quatre années supplémentaires pourraient-elles réellement empirer les choses ? Cela ne fait aucun doute, assène The Atlantic : "ce qui est le plus effrayant à propos d’une éventuelle seconde présidence de Trump, c’est qu’il ne serait certainement plus contrôlé par personne. Avant, l'un de ses conseillers pouvait encore penser pouvoir tempérer ses pires instincts. Or, les conseillers qui sont restés à ses côtés sont ceux qui à l'inverse renforcent ses impulsions les plus sombres, comme Jason Miller". 

Et si Donald Trump pourrait faire d'autant plus de dégâts en 2024, c'est parce que la société a aussi évolué. Pas forcément dans le bon sens du terme. The Atlantic déplore ainsi la popularité sur une plateforme comme TikTok, devenue LE réseau des jeunes générations (la fameuse génération Z) des contenus masculinistes les plus nauséeux et dangereux. 

Autrement dit, des vlogs cultivant la haine des femmes sous couvert de virilité mystifiée avec laquelle renouer. Contenus que TikTok rend naturellement viraux de par la particularité de l'algorithme, mais aussi la durée hyper condensée des vidéos en question. "À l’heure actuelle, la misogynie s’est propagée dans pratiquement tous les domaines d’Internet", s'alarme le média. 

"Sur les réseaux sociaux, les jeunes garçons sont désormais inondés de discours selon lesquels les seules qualités qui méritent d’être valorisées chez les femmes sont la désirabilité sexuelle et la soumission – une vision du monde qui correspond parfaitement à celle de Trump. La misogynie est la seule idéologie que Donald Trump n’a jamais changée, son seul credo inébranlable. Chercher à dominer les autres avec ses supposées prouesses sexuelles et proférer haut et fort son dégoût pour les femmes qu’il ne désire pas est son modus operandi depuis des décennies", observe avec minutie le média qui constate une victoire idéologique de cette misogynie que Donald Trump prône à l'instar d'une véritable... Politique.

L'analogie limpide entre Donald Trump et les influenceurs masculinistes, c'est la solidité de leur fanbase. Scandales, accusations et jugements aux tribunaux, saillies misogynes, rien ne semble avoir perturbé depuis sa précédente victoire et malgré quatre années de présidence l'assemblée toujours aussi vive des supporters de Donald Trump, loin d'avoir mis au placard leurs emblématiques casquettes rouges. 

Rien ne les atteint, pas même, relève The Atlantic, "les plus de 25 femmes qui ont accusé Trump d’agression sexuelle ou de mauvaise conduite, et les innombrables autres qui ont subi du vitriol public et des menaces de mort après avoir été prises pour cible par lui". 

Dès lors, le come back fracassant de Donald Trump à la Maison Blanche apparaît-il déjà comme une évidence ? En tout cas, les prochains mois seront absolument cruciaux pour renverser le vapeur.

Mots clés
Société News essentielles Politique sexisme elections Etats-Unis
Sur le même thème
"La guerre en Ukraine n'aurait jamais eu lieu avec moi" , assure Donald Trump face à Joe Biden (sans sourciller)
Politique
"La guerre en Ukraine n'aurait jamais eu lieu avec moi" , assure Donald Trump face à Joe Biden (sans sourciller)
28 juin 2024
"C'est un bouffon !" : Robert DeNiro tacle Donald Trump en plein tribunal de New York
Politique
"C'est un bouffon !" : Robert DeNiro tacle Donald Trump en plein tribunal de New York
2 juin 2024
"C'est à 40 ans que tout se passe !", se réjouit Anne Hathaway play_circle
Culture
"C'est à 40 ans que tout se passe !", se réjouit Anne Hathaway
23 avril 2024
"Difficile" : Anne Hathaway parle de sa fausse couche, et brise un énorme tabou play_circle
Santé
"Difficile" : Anne Hathaway parle de sa fausse couche, et brise un énorme tabou
27 mars 2024
Les articles similaires
Michelle Obama sera-t-elle la première Présidente des Etats-Unis ? On peut l'espérer pour certaines raisons play_circle
Société
Michelle Obama sera-t-elle la première Présidente des Etats-Unis ? On peut l'espérer pour certaines raisons
4 juillet 2024
"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati play_circle
Société
"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati
8 février 2024
Charline Vanhoenacker : "l'extrême-droite au pouvoir, ça ne devrait rien changer, sauf si vous êtes homo, chômeur, noir, pauvre, féministe..." play_circle
Société
Charline Vanhoenacker : "l'extrême-droite au pouvoir, ça ne devrait rien changer, sauf si vous êtes homo, chômeur, noir, pauvre, féministe..."
25 juin 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news