« La France droite » : NKM lance son mouvement au sein de l'UMP

« La France droite » : NKM lance son mouvement au sein de l'UMP
« La France droite » : NKM lance son mouvement au sein de l'UMP
Dans cette photo : Nathalie Kosciusko-Morizet
Avec en ligne de mire l'affrontement de l'automne pour la tête de l'UMP, l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet se positionne en créant son propre mouvement au sein du parti de l'opposition. Baptisé « la France droite », ce courant prône une droite claire, non conservatrice et réformatrice.
A lire aussi
Elles ont créé des cosmétiques pour les femmes atteintes d'un cancer du sein
News essentielles
Elles ont créé des cosmétiques pour les femmes atteintes...


L’ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé dans un entretien à L’Express qu’elle comptait monter son propre mouvement au sein de l’UMP. Elle a également réaffirmé sa volonté de présenter sa candidature à la présidence du parti si les conditions pouvaient l’exiger.

Interrogée sur les raisons pour lesquelles elle pourrait se présenter pour prendre la tête de l’UMP, NKM souligne que « trois choses (lui) tiennent particulièrement à cœur » : « la première, je veux une droite claire avec ses convictions, parce que je crois en la droiture ». « Deuxième point : ma droite n'est pas conservatrice, au sens où elle serait réactionnaire » et enfin, NKM aborde « l'organisation du mouvement ». « L'UMP a été construite pour remporter des élections présidentielles. Cela en fait un parti très centralisé. Or notre prochaine échéance, ce sont les municipales », analyse-t-elle. « L'UMP doit être reconfigurée pour réinvestir les territoires », affirme-t-elle. Reste qu’elle réaffirme trouver « intéressante » la démarche que propose Alain Juppé, de composer une équipe sans candidat éventuel à la primaire pour 2017.

Quant au lancement de son propre mouvement au sein de l’UMP, baptisé « la France droite », elle le justifie par la mise en place d’un « espace de production de sens » pour « fédérer les Français qui se sentent orphelins de Nicolas Sarkozy », « avoir des idées neuves face à des situations inédites » et « refuser la confiscation par les appareils ». Concernant le choix du nom de son mouvement, elle répond qu’elle est de droite et se reconnait « dans les valeurs cardinales que sont le travail, l'autorité, la responsabilité. Mais aussi parce que je crois à la rectitude et à la clarté politiques ».

Celle qui se déclare « totalement sarkozyste », assure que sa droite « n’est pas conservatrice ». « Je fais en ce moment une tournée des fédérations. (…) Les adhérents de l'UMP sont à la fois très fermes sur leurs convictions et en quête de confiance, d'espérance. Ils ne rejettent pas les nouveaux sujets à explorer. Etre à la fois au cœur de la droite et, en même temps, dans un esprit de réforme », déclare-t-elle, avant d’ajouter « c'est une droite qui s'assume et fait le choix de la transformation ».

Crédit photo : Arnaud Perrin

VOIR AUSSI

Présidence de l'UMP : Dati réfléchit à un trio de candidates
Présidence de l'UMP : Nathalie Kosciusko-Morizet envisage une candidature
Présidence de l'UMP : NKM adhère à la proposition d'Alain Juppé