Présidence de l'UMP : Henri Guaino est candidat pour porter le gaullisme

Dans une interview au Figaro, le député des Yvelines Henri Guaino a déclaré qu'il était candidat à la présidence de l'UMP. L'ex-plume de Nicolas Sarkozy a jusqu'au 18 septembre pour récolter les 8 000 parrainages dont il a besoin.
A lire aussi


Il se lance dans la course à la présidence de l’UMP : Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, a annoncé sa candidature dans une interview au Figaro paru ce mardi. « Oui je suis candidat », déclare le député des Yvelines de 55 ans, qui explique cette entrée dans la course comme un moyen d’éviter le choc Copé-Fillon et de porter le « gaullisme » qui l’anime. « Moi je veux qu'à l'UMP, on soit fier d'être gaulliste, je veux incarner cette fierté », déclare-t-il au Figaro. « Si j'ai décidé de me présenter, c'est aussi pour affirmer haut et fort que le candidat qui sera élu ne devra pas se prendre pour le candidat désigné des présidentielles », tient-il à faire savoir.

Il rejoint ainsi la liste des prétendants, composée pour l’heure de l'ex-Premier ministre François Fillon, du secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé et des anciens ministres Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. Xavier Bertrand et Christian Estrosi ont par ailleurs fait savoir qu’ils pourraient se lancer. « C'est une décision qui ne se prend pas à la légère. Je n'avais pas, au départ, l'intention de me lancer dans cette aventure. C'est la tournure qu'a prise le débat qui m'a poussé à prendre cette décision. Il y a dans cette histoire écrite d'avance quelque chose qui ne correspond pas à ma conception de la politique », souligne Henri Guaino. Faisant allusion au duel attendu Copé-Fillon, il s’interroge : « le débat à l'UMP ne peut se résoudre à cet affrontement dans lequel beaucoup d'adhérents, et moi le premier, ne se retrouvent pas. A-t-on jamais vu une élection où seuls deux candidats auraient le droit de se présenter ? ».

Reste à franchir le difficile obstacle de la récolte des 8 000 parrainages de militants du parti.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

UMP : NKM se lance dans la bataille (Interview)
Présidence UMP : François Fillon, résolument confiant
Présidence de l'UMP : Jean-François Copé, candidat pour une droite « décomplexée »
Présidence de l'UMP : Dati réfléchit à un trio de candidates