IVG : un site d'information "neutre et de qualité"

IVG : un site d'information "neutre et de qualité"
IVG : un site d'information "neutre et de qualité"
Le gouvernement part officiellement en guerre contre les sites anti-IVG. Samedi, pour la Journée internationale pour la dépénalisation de l'avortement, Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine lanceront le premier site officiel d'information sur l'IVG. Un portail qui garantira aux femmes une information complète et fiable sur leurs droits.
A lire aussi
Un syndicat de gynécologues obstétriciens menace de faire la grève des IVG
News essentielles
Un syndicat de gynécologues obstétriciens menace de faire...


Chaque année, en France, 220 000 femmes, de tous les âges et de tous les milieux, ont recours à l'IVG. Au total, plus d'une Française sur trois y aura recours dans sa vie. Mais face à la qualité de l’information sur l’avortement parfois « fallacieuse ou erronée » diffusée par des sites anti-IVG, le gouvernement a décidé de lancer samedi, dans le cadre de la Journée internationale pour la dépénalisation de l’avortement, le premier site officiel d’information sur l’IVG. « La prolifération d’informations souvent trompeuses et culpabilisantes pour les femmes, y compris sur des sites bien référencés sur la question de l’IVG est de nature à porter atteinte à la liberté de choix des femmes », explique dans un communiqué Najat Vallaud-Belkacem. Un phénomène d’autant plus inquiétant pour la ministre, que selon l’enquête de l’INPES sur les usages d’Internet, plus d’un tiers des 15-30 ans utilisent Internet pour des questions de santé. Et pour 80% d’entre eux, toutes les informations recueillies y sont crédibles.

Une stratégie pour contrer les sites de lobby anti-avortement souvent très bien référencés

Ce site permettra ainsi « à chaque femme de disposer des informations utiles pour éclairer son choix », a précisé la ministre des Droits des femmes. Démarches, délais, droits pour les mineurs, coût, anonymat, lieu de rencontres ou autres sites donnant une information fiable, y seront répertoriés. « Il oriente les femmes vers les professionnels formés pour bénéficier de renseignements sur les lieux accessibles, pour une information ou un acte d’IVG, ou pour une écoute », écrit la ministre. Un site qui a pour objectif d’être classé « parmi les 10 premiers présents sur les moteurs de recherche » sur cette thématique, afin de contrer les sites de lobby anti-avortement souvent très bien référencés et dont la nature n’apparaît souvent pas clairement. La ministre a par ailleurs précisé qu’elle souhaitait soutenir les sites fiables « non-orientés sur le sujet » (comme ivglesadresses.org, planning-familial.org, ou encore choisirsacontraception.fr) en les aidant dans leur stratégie de référencement. Par ailleurs, le gouvernement étudie la mise en place d’une ligne téléphonique gratuite d’information.

VOIR AUSSI

Sites anti-IVG : le gouvernement part en guerre
IVG : les anti remontent au créneau
IVG : une stratégie Internet pour soutenir le droit à l'avortement
IVG : une femme sur deux est mal informée