Affaire DSK : les Français opposés à sa candidature en 2012

Affaire DSK : les Français opposés à sa candidature en 2012
Affaire DSK : les Français opposés à sa candidature en 2012
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Une forte majorité de Français ne souhaite pas que DSK se présente à la présidentielle de 2012, selon deux sondages réalisés ces derniers jours, au moment où Tristane Banon portait plainte contre lui pour tentative de viol.
A lire aussi
Affaire DSK : qui est Thibault de Montbrial, l’avocat français de Nafissatou ?
justice
Affaire DSK : qui est Thibault de Montbrial, l’avocat...

Une forte majorité de Français ne souhaite pas que Dominique Strauss-Kahn se présente à l’élection présidentielle de 2012, selon deux sondages réalisés ces derniers jours, au moment où une plainte était déposée contre lui par Tristane Banon à Paris pour tentative de viol. Ils sont seulement 35% à souhaiter sa candidature (45% chez les sympathisants socialistes).
Grand favori des sondages il y a encore deux mois, le socialiste peine aujourd’hui à rassembler les Français. 44 % d’entre eux pensent cependant qu’il ferait « un bon président de la République », selon un sondage Opinionway pour Le Figaro Magazine et la chaîne LCI. Parmi les candidats déclarés à l'investiture socialiste, l’ancien patron du FMI se situe derrière François Hollande --qui ferait un bon président pour 50% des sondés-- mais devant la patronne du parti, Martine Aubry (41%), et Ségolène Royal (21%).
L'hypothèse d'un retour en course de DSK pour 2012 semble bien compromise d’autant qu’en France son image s’est encore ternie avec la plainte déposée contre lui pour tentative de viol.

(Source : AFP)
Crédit photo : IMF Photograph/Stephen Jaffe

VOIR AUSSI

DSK : 57% des Français penchent pour la théorie du complot
Affaire DSK : Tristane Banon va porter plainte pour tentative de viol
DSK : Tristane Banon n'avait « rien vu venir »
Primaires PS : Ségolène Royal annonce sa candidature
Affaire DSK : pas de suspension des primaires PS selon Hamon
Primaires au PS : Guy Delcourt dénonce une organisation contestable