Martine Aubry : « DSK devra s'exprimer devant les Français »

Le discours de Martine Aubry au sujet de son ami Dominique Strauss-Kahn vient d’être sensiblement modifié. Désormais la première secrétaire du PS met en cause « l’attitude de DSK vis à vis des femmes » et estime qu’il doit des explications aux Français.
A lire aussi
42% des Français pensent qu'une victime de viol peut l'avoir "bien cherché"
News essentielles
42% des Français pensent qu'une victime de viol peut...


En plein cœur de la campagne pour les primaires socialistes, les candidats sortent leurs meilleures cartes et évitent les pièges comme la peste. Martine Aubry, candidate aux primaires, a semble-t-il changé son fusil d’épaule dans sa façon d’aborder le cas DSK. Solidaire depuis le début de l’affaire -elle était liée à lui par un pacte qui leur interdisait de se présenter l’un contre l’autre lors des primaires-, elle ose désormais se démarquer.
Hier soir sur Canal +, invitée à s’exprimer sur la situation de DSK, et sur son éventuel retour sur la scène politique, elle a répondu qu’il rentrerait en France « dans les jours qui viennent », puis a ajouté « Dominique Strauss-Kahn a retrouvé sa liberté, d'agir, de circuler et de parler », et précisant sa propre position : « J'ai toujours dit la même chose : premièrement, la présomption d'innocence, deuxièmement, je pense la même chose que beaucoup de femmes sur l'attitude de Dominique Strauss-Kahn vis à vis des femmes. (…) J'ai été la première à dire le premier jour nous devons à la fois défendre la présomption d'innocence, la victime et sa parole », a poursuivi Mme Aubry. Ainsi selon la première secrétaire, l’ancien ministre socialiste doit des explications aux Français, « Pour le reste, c'est une affaire sur laquelle Dominique Strauss-Kahn doit s'exprimer. Les Français n'attendent pas que je leur dise ce qui s'est passé dans cette chambre, je n'en sais rien. »
Alors qu’elle présente un programme qui met l’accent sur la parité, Martine Aubry est bien décidée à ne pas perdre le crédit des femmes, avant l’élection du candidat socialiste à la présidentielle, les 9 et 16 octobre. « Je n'espère rien », a-t-elle martelé, « Dominique Strauss-Kahn s'exprimera comme il l'entend, je suis candidate et je suis déterminée à gagner la présidentielle ».

(Avec AFP)
Crédit photo : ©&nbspAFP/Archives



VOIR AUSSI

DSK dit au revoir aux années FMI
Le PS clôt son université d’été et affiche son unité
Présidentielle : DSK, hors débat
Affaire DSK/Banon : David Koubbi veut entendre Piroska Nagy