Affaire DSK/Banon : « Pas question d'aller manifester Place des Vosges »

Affaire DSK/Banon : « Pas question d'aller manifester Place des Vosges »
Affaire DSK/Banon : « Pas question d'aller manifester Place des Vosges »
Dans cette photo : Anne Sinclair
Tristane Banon, la jeune Française qui porte plainte contre DSK pour tentative de viol, cherche des soutiens parmi les associations féministes et appelle à manifester le 24 septembre. L’association « Paroles de femmes » a été contactée mais refuse d’entrer dans une campagne anti-DSK. Explications avec sa présidente, Olivia Cattan.
A lire aussi

Terrafemina : Sur son blog, Tristane Banon annonce qu’elle va se joindre à une manifestation contre les violences faites aux femmes réunissant plusieurs associations féministes le 24 septembre. Ferez-vous partie de ce rassemblement ?

Olivia Cattan : Je tiens à préciser que, de notre côté, aucune manifestation n’est prévue, nous n’avons envoyé aucun communiqué, c'est Tristane Banon qui a lancé un appel à manifester à plusieurs associations -Ni Putes ni soumises, osez le féminisme, La Barbe- via le Figaro. J’ai simplement reçu un SMS de Tristane Banon me demandant si l’association « Paroles de femmes » serait prête à la soutenir au sujet de la décision de justice qui doit être rendue. En effet, au sujet de sa plainte pour tentative de viol contre DSK, les faits pourraient être requalifiés en « agression sexuelle » faute de preuves. Or, en cas d’agression sexuelle, les faits sont prescrits. J’ai répondu que nous serions à ses côtés pour la soutenir car nous voulons que l’agression sexuelle soit prise en compte au delà des trois ans prévus, les femmes ont besoin de plus de temps pour parler, nous le savons d’expérience.

TF : Vous pourriez donc défiler autour de Tristane Banon le 24 septembre ? Dimanche dernier, des féministes se sont rassemblées devant le domicile de DSK et de son épouse, Anne Sinclair. Ce genre de manifestation ne revient-il pas à prononcer la culpabilité de Dominique Strauss-Kahn et à piétiner la présomption d’innocence ?

O. C. : Cela dépendra de l’intitulé du rassemblement. S’il est question de démolir DSK ou d’aller crier sous ses fenêtres Place des Vosges, nous n’en serons pas, et nous n’y étions pas dimanche dernier ! Je ne pense pas que cela fasse avancer les choses. Notre rôle est d’écouter, de soutenir les victimes, et de les accompagner pour porter plainte. Ensuite, nous ne faisons pas le travail des juges ou de la police, et ne sommes pas là pour le juger. Nous dénonçons aussi avec vigueur les fausses affaires ; sachant qu’aucune parole n’est au dessus de tout soupçon, nous devons rester prudents. Mais actuellement Tristane Banon a l’impression qu’on est en train de bafouer ses droits, et nous sommes prêts à l’accompagner sur cette décision de justice. Nous ne manifesterons pas contre DSK, mais contre le sexisme, et la banalisation de harcèlement sexuel, comme le 23 mai dernier, parce que ce genre d’affaire est l’occasion de sensibiliser le public.

TF : La page DSK semble loin d’être tournée pour autant, le malaise persiste-t-il parmi les associations comme la vôtre ?

O. C. : Ce que je remarque, c’est que depuis le 23 août les organisations féministes gardent le silence, alors qu’un mouvement avait été mis en marche cet été. A part Gisèle Halimi et Marie-Georges Buffet, on n’entend plus personne. Je pense que les associations ont peur d’être instrumentalisées par les uns et les autres avant les élections présidentielles... Pour ma part, le retour triomphal de Dominique Strauss-Kahn en France m’a énormément choquée. D’après ce qu’on a pu lire, ce qui s’est passé était trouble. Même s’il a été blanchi par le juge américain, ce retour est indécent. Il faudra qu’il s’adresse aux femmes de ce pays, pour s’expliquer. Nous sommes toutes en attente de cela.

Le site de paroles de femmes



Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Affaire DSK : les féministes à la rescousse de Tristane Banon
Affaire DSK : les féministes américaines dénoncent une erreur judiciaire
Affaire DSK : Nafissatou Diallo peut-elle gagner au civil ?
DSK va-t-il saboteur la primaire PS « d’ici 15 jours »?
Martine Aubry : « DSK devra s’exprimer devant les Français »
Affaire DSK : la dernière audience en détails

L’INFO DES MEMBRES

DSK et Anne Sinclair : des paparazzis tentent d’entrer chez eux