Chômage : la crise a touché de plein fouet l'emploi des femmes

Chômage : la crise a touché de plein fouet l'emploi des femmes
Chômage : la crise a touché de plein fouet l'emploi des femmes
Alors que les inégalités hommes-femmes sur le marché du travail tendaient à diminuer, la crise de 2007 a creusé l'écart, selon le rapport annuel de l'Organisation internationale du travail (OIT) publié mardi 11 décembre. Les femmes souffrent aujourd'hui d'un taux de chômage plus élevé que les hommes et cette situation ne devrait pas s'améliorer dans les prochaines années.
A lire aussi


La crise a détruit 13 millions d’emplois occupés par les femmes dans le monde. Et alors que les inégalités mondiales sur le marché du travail tendaient à diminuer ces dernières années, la tendance s’est inversée après 2007. Ainsi l’écart alors de 0,5 point, avec des taux de chômage de 5,8 % pour les femmes, contre 5,3 % pour les hommes, est aujourd’hui de 0,7 point. « Alors que les femmes contribuent à l’économie et à sa productivité à l’échelle mondiale, elles restent confrontées à de nombreux obstacles qui les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel économique. Cela n’a pas pour seule conséquence de freiner les femmes, cela freine aussi la performance économique et la croissance », a commenté Michelle Bachelet, Directrice exécutive de l’ONU Femmes, qui a contribué à ce rapport.

Et ce recul est encore plus net dans les régions et les secteurs les plus touchés par la crise. En 2012, la part des femmes dans l'emploi vulnérable (travailleurs familiaux et travailleurs indépendants) est de 50%, contre 48% pour les hommes. En Afrique du Nord, l’écart est de 24 points, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne, il est de 15 points. Dans les « économies avancées », la crise semble avoir plus affecté les hommes travaillant dans le commerce que les femmes dans le secteur de la santé et de l’éducation, alors que dans les pays en développement, les femmes travaillant dans le commerce furent plus durement touchées.

Pour faire face au problème, le rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) préconise d’étendre les mesures de protection sociale, d’investir dans la formation et l’éducation, d’instaurer des politiques favorisant l’accès à l’emploi des femmes. Il propose notamment d’améliorer les infrastructures pour réduire le fardeau des tâches domestiques (mise à disposition d’électricité et d’eau, équipements de transports, service de soins, garde d’enfants…), d’accroître la responsabilité parentale des pères, de proposer un congé maternité bien indemnisé et un droit à retrouver son poste ou encore de garantir l’application de la législation de lutte contre la discrimination.

Crédit photo : ONU Femmes

VOIR AUSSI

Chômage : 202 millions de demandeurs d'emploi dans le monde
Chômage : les femmes en couple sont moins touchées que les célibataires
Emploi : le taux mondial du chômage des jeunes toujours aussi élevé
Chômage : les cadres et les plus qualifiés très touchés