Finances : Investir dans le vin

Finances : Investir dans le vin
Finances : Investir dans le vin

Pour les plus passionnées et les plus averties d’entre vous, il existe des types d’investissements qui sortent des sentiers battus. L’un d’eux n’est autre que le vin : se constituer une cave permet d’allier passion et finance. Mais attention, il convient de respecter plusieurs règles.

A lire aussi

Le vin comme placement, drôle d’idée ?

L’expression dit « s’apprécier comme du bon vin ». Certains grands crus et autres bouteilles des bonnes années peuvent se révéler des placements judicieux, avec plus-values conséquentes à la clé. Encore faut-il considérer cet investissement comme un placement de long terme, et qui nécessite du temps, des connaissances et de la passion. Une bonne cave ne se constitue ni par hasard, ni à la va-vite. Blanc, rouge, rosé, champagne… il va falloir d’abord vous plonger dans les guides afin de vous documenter, mais aussi dans le guide de cotations Parker pour mieux connaître ce marché !
Et puis, il ne s’agit pas d’un placement à la légère : comptez 3000 à 5000 euros d’investissement de départ… puis 200 à 300 euros chaque année pour renflouer votre cave. Il va falloir aussi investir dans des locaux adaptés : un endroit sombre, ni trop sec, ni trop humide, à basse température pour optimiser la conservation de vos bouteilles. Pas questions en effet de revendre des vins bouchonnés !

Où acheter du bon vin sans se ruiner ?

Vous disposez de plusieurs choix. Vous pouvez acheter des bouteilles en primeur. Ainsi, en avril, tous les crus du Bordelais produits l’année précédente sont en vente, à prix préférentiel. Vous pouvez aussi vous approvisionner directement chez le producteur. Les cavistes, s’ils sont moins avantageux au niveau prix, prodiguent des conseils utiles, et vous orientent souvent au mieux. Guettez aussi les ventes aux enchères : vous pourrez y trouver des millésimes anciens 20 à 50% moins chers que sur le marché (mais attention à la commission dont il faudra s’acquitter auprès de la maison de vente !). Pour d’autres bonnes affaires, n’oubliez pas les foires aux vins où les prix sont très attrayants, et où vous pourrez parfois dénicher des millésimes rares. . .

Quels sont les bons réflexes ?

Vous avez pu avoir un vrai coup de cœur pour un petit vin de région… mais cela ne signifie pas qu’il va prendre énormément de valeur dans les années à venir. Mieux vaut le boire et réserver votre investissement pour des crus connus.
Ne pas être trop pressé ! Plus une bonne bouteille se garde longtemps (et dans de bonnes conditions), mieux elle se vendra… attention toutefois à ne pas dépasser 10 à 15 ans de garde.

Il existe aussi la « vigne papier »…

Pas besoin de détenir un stock de bouteilles à la cave, vous pouvez aussi investir dans un Groupement Foncier Viticole. Vous achetez ainsi des parts d’un vignoble, pour environ 5000 euros. Ce type de placement rapporte en moyenne 2% chaque année, et ses parts prennent régulièrement de la valeur. Les revenus générés par ces parts peuvent être versés en bouteilles ou sous forme de dividende. Ces revenus sont considérés comme des loyers et sont donc imposés en tant que revenus fonciers. De plus, lors de la revente, les parts de GVF sont soumis au régime de la plus-value immobilière.

VOIR AUSSI

Investir avec son cœur
Quand la vigne emballe le cacao
Mettez du bio dans votre vin
Pour faire connaître le vin elle a monté sa boîte