Le régime de retraite du privé

Le régime de retraite du privé
Le régime de retraite du privé

Comment s’y retrouver dans la jungle des régimes de retraite ? "La finance pour tous", notre partenaire, vous aide à y voir plus clair. Intéressons-nous ici au cas où vous travaillez dans le privé.

A lire aussi


Votre retraite sera le total d’une retraite de base et d’une retraite complémentaire. Ces systèmes sont obligatoires. Dès le premier mois de votre emploi, il y a cotisation salariale et patronale en fonction de votre salaire et de votre statut (cadre ou non) au regard des caisses de retraites. Vous pouvez retrouver ces informations sur votre feuille de paie.

Retraite de base

C’est la retraite du régime général de la Sécurité Sociale. Son montant est obtenu en multipliant le « salaire de base » par le taux de la retraite.


Salaire de base

Le montant du salaire de base est reconstitué sur la moyenne des 25 meilleures années de salaires. Mais on ne prend que la partie inférieure à un salaire plafond établi chaque année.

Taux de retraite

Le taux par lequel on multiplie le salaire de base est variable en fonction du nombre de trimestres de cotisations ou de périodes équivalentes. Le taux maximum de 50 % du salaire de base reconstitué (retraite à taux plein) est atteint si vous avez cotisé le nombre de trimestres suffisant (160 trimestres minimum).

Les périodes équivalentes et les rachats de trimestres

Sont valables les périodes ayant donné lieu au moins à un minimum de salaires reçus (actuellement 1654 € de salaire brut par trimestre), mais aussi les périodes de chômage, de maternité, d’invalidité, de services militaires. Huit trimestres supplémentaires sont accordés aux femmes par enfant élevé, mais cet avantage pourrait être revu à la baisse prochainement (voir article sur les retraites des mères de famille)
Des possibilités de rachat de cotisations (validation de trimestres sans avoir cotisé) existent, notamment pour les années d’études supérieures validées par un diplôme.

L’âge légal de la retraite est de 60 ans. Les salariés ayant commencé très tôt leur période d’activité salariée peuvent demander à partir en retraite de 56 à 59 ans.

Si vous travaillez au-delà de 60 ans, les trimestres seront comptabilisés normalement jusqu’à obtention du taux plein. Une majoration de 0,75% est accordée par trimestre supplémentaire, jusqu’à un maximum de 3%. Si vous partez à 65 ans ou plus, le taux plein s’applique automatiquement.

Le montant maximal de retraite de base est égal à la moitié du plafond annuel de la Sécurité sociale de l’année où l’on prend sa retraite. Il est perçu quand on peut justifier de 25 ans de rémunérations au moins égales au salaire plafond de chaque année.

Retraite complémentaire

La retraite complémentaire « ARRCO » (Association des régimes de retraites Complémentaires) concerne tous les salariés. Pour les cadres, s’ajoute la retraite « AGIRC » (Association générale des institutions de retraites des Cadres).

L’employeur cotise aux caisses désignées par la convention collective du secteur, ou aux caisses départementales compétentes. Il en existe de multiples. Votre retraite peut être payée par plusieurs caisses. Mais les mêmes règles s’appliquent à toutes, notamment le système par points.


Les systèmes par points

Au montant des cotisations, correspond un certain nombre de points. Ils sont calculés en multipliant les cotisations par un « prix d’achat du point » fixé nationalement chaque année.  Le nombre de points obtenus chaque année doit vous être transmis par vos caisses. Au moment de prendre votre retraite, le total des points accumulés est converti en montant de retraite.

ALLER PLUS LOIN

La retraite ça se prépare !

Succès de l'épargne retraite dans les entreprises
Le régime spécial
Le cas des non-salariés

Plus d'actu sur : Tout sur la retraite

Comment partir en retraite à 33 ans ? Ce couple a trouvé la solution
Envoyé Spécial : "Portugal, le nouveau paradis des retraités français ?" sur France 2 Replay
Tout savoir sur le cumul emploi-retraite