Sécurité routière : un rapport pour des sanctions plus sévères

Sécurité routière : un rapport pour des sanctions plus sévères
Sécurité routière : un rapport pour des sanctions plus sévères
Dans cette photo : Nicolas Sarkozy
La mission parlementaire sur la sécurité routière vient de remettre son rapport. Elle vise à plus de sévérité dans les sanctions pour répondre à l'objectif du gouvernement : passer sous la barre des 3 000 morts par an sur la route.
A lire aussi


Les 32 membres de la mission d’information parlementaire sur la sécurité routière ont présenté mercredi leurs conclusions aux sénateurs et députés. Parmi les 40 propositions formulées, nombreuses sont celles qui avancent un durcissement des sanctions sur la route. La France compte 45 millions d’automobilistes, près de 100 000 personnes sont blessées chaque année sur la route et on compte encore un peu moins de 4 000 morts par an. Face à ces chiffres, Nicolas Sarkozy s’était fixé comme objectif en début de quinquennat de baisser le nombre de morts sur les routes sous le seuil des 3 000 par an d’ici 2012.
Pour ce faire, parmi les mesures proposées, la commission conseille de durcir les seuils d’alcoolémie pour les jeunes conducteurs, d’instaurer un contrôle technique obligatoire pour les deux-roues, et également d’interdire totalement l’utilisation d’oreillette en conduisant. Le rapport prône ainsi la tolérance zéro pour les jeunes. 38,7% des jeunes décédés sur la route en 2008 étaient en état d’ivresse : l’alcool au volant chez la jeunesse est dans le collimateur des parlementaires. Ces derniers veulent faire passer de 6 à 8 points de retrait de permis toute alcoolémie supérieure à 0,8g/l. Autre idée : les conducteurs qui ont leur permis depuis moins de 3 ans pourraient être sanctionnés dès une alcoolémie de 0,2g/l au lieu de 0,5g/l aujourd’hui.
Par ailleurs, les parlementaires souhaitent interdire à terme totalement l’utilisation du kit mains libres. L’usage du téléphone au volant est en effet la cause de 400 décès sur les routes par an. Autre mesure phare proposée : les deux roues quant à eux devraient être soumis à un contrôle technique obligatoire à partir du 1er janvier, y compris les motos et scooter de 125 cm², qui échappaient à cette obligation jusque-là. Reste que le rapport ne se positionne pas uniquement sur la répression, échaudé par les réactions vives qu’avait suscité le projet de suppression des panneaux annonçant les radars automatiques. Ainsi il conseille l’indulgence face aux petits excès de vitesse et étudie la possibilité de ne pas sanctionner par un retrait de point un excès de moins de 10km/h.

VOIR AUSSI

Michèle Merli orchestre la sécurité routière
Les Français ont perdu 10 millions de points de permis en 2010

L'INFO DES MEMBRES

Sécurité routière : mobilisation contre l’interdiction des avertisseurs de radars
Sécurité routière/ Hausse de la mortalité en mars : les deux-roues en cause
Sécurité routière : de nouvelles mesures envisagées
Sécurité routière : alcoolémie, vitesse, mortalité, Matignon se réunit ce matin