Sexualité, célébrité, publicité : élever une fille n'a jamais été aussi difficile

Sexualité, célébrité, publicité : élever une fille n'a jamais été aussi difficile
Sexualité, célébrité, publicité : élever une fille n'a jamais été aussi difficile
Hypersexualisation, auto-mutilation, anorexie : dans « Raising girls », l'auteur australien Steve Biddulph distille ses conseils pour éviter les pièges quand on élève une fille. Et soutient que la tâche n'a jamais été aussi difficile qu'aujourd'hui.
A lire aussi
Pourquoi cette maman a décidé de ne jamais dire à sa fille qu'elle est belle
News essentielles
Pourquoi cette maman a décidé de ne jamais dire à sa...


Steve Biddulph auteur australien à succès de « Raising Boys » en 1998, publie un nouvel ouvrage baptisé « Raising Girls ». Il y affirme qu'élever une fille n'a jamais été aussi difficile en raison des « influences toxiques de la publicité, de la célébrité et de la pornographie qui obligent les filles à grandir trop vite », rapporte le site 7sur7.be

L'hypersexualisation, un problème majeur

Il ajoute que l'hypersexualisation des fillettes est l'une des difficultés principales rencontrées par les parents pendant leur éducation : « Pour comprendre nos filles, il faut se rendre compte que leur enfance diffère de la nôtre. Franchement, nos 18 ans sont leurs 14 ans, nos 14 ans correspondent à leurs 10 ans. Jamais la féminité n'a été victime d'une attaque aussi soutenue, que ce soit par les publicités de régime, le marketing autour de l'alcool, les diktats de la mode, et l'invasion de la pornographie dans les chambres d'adolescentes. »

Plusieurs référents féminins seraient nécessaires

Steve Biddulph avance que l'auto-mutilation et les problèmes alimentaires et psychologiques tels que l'anorexie sont désormais monnaie courante dans les cours d'école depuis environ cinq ans. « Mais pire que ça, une fille moyenne est plus stressée et plus dépressive que jamais ». Le principal conseil de l'auteur australien pour garder ces problèmes à distance est de procurer aux fillettes et aux adolescentes plusieurs référents féminins en plus de leur mère, pour qu'elles puissent s'identifier et se confier à elles.

Le site theglobeandmail pose clairement la question à un psychothérapeute spécialiste de la famille, Michael Gurian : est-il vraiment plus difficile d'élever une fille qu'un garçon ? Ce à quoi il a répondu : « Les garçons et les filles sont compliqués chacun à leur façon. »

VOIR AUSSI

42% des mamans trouvent que c'est compliqué !
Femmes cadres : élever des enfants, un atout pour la vie professionnelle
Les lolitas version numérique : quelle image de la femme ?
Les lolitas version numérique : l'interview de Michel Fize