3 conseils d'un papa aux autres papas

3 conseils d'un papa aux autres papas
3 conseils d'un papa aux autres papas
Dans cette photo : Gisele Bündchen
Gérer un conflit, répondre de manière appropriée à un mal-être ou à une bêtise... Quel parent ne s'est pas demandé s'il avait la bonne attitude face à son enfant. Les livres, les professionnels et l'entourage peuvent aider à adopter les bons réflexes. Mais l'expérience est sans doute le meilleur conseiller. Un papa qui jouit de 25 ans de recul sur le sujet partage avec ses homologues quelques tuyaux. À faire passer à ces messieurs...
A lire aussi
3 conseils pour apprendre à critiquer le travail des autres
Mag
3 conseils pour apprendre à critiquer le travail des autres


Article complet publié sur Le Huffpost


Je n'ai pas lu beaucoup de livres sur la parentalité. Je sais, ça étonne venant d'un type passant le plus clair de son temps à parler et à écrire sur son expérience de père. Bref, si vous décidez de ne pas en lire plus, je comprends. C'est lamentable. Je sais.

Mais j'ai compensé mon manque de lecture et de connaissances savantes par de nombreuses observations et conversations avec des professionnels, ainsi que la bonne vieille méthode du tâtonnement. Pendant à peine 24 ans. L'une des choses que j'ai apprises est que pour être un bon papa, il faut bien savoir communiquer avec son enfant. Si vous réussissez au moins ça, le reste devrait venir facilement.

Certes, c'est une gageure - surtout quand les enfants deviennent plus grands. Voici donc mes trois meilleurs conseils pour vous aider à communiquer en toute confiance et dans les deux sens, avec vos enfants.

>> Gisele Bündchen fait de la pub pour l'allaitement (et c'est agaçant) << 

Règle numéro 1 : réfléchissez avant d'agir

Vous n'avez pas besoin de réagir au quart de tour. Prenez le temps de réfléchir. Rentrer en éruption comme le Vésuve, cracher des mots et des émotions, ne fonctionne pas. Cela fait peur et ce n'est pas un bon modèle pour vos enfants.

Donnez-vous un temps de réflexion. Une minute. Cinq. Avec des enfants plus grands, j'attendrais même plusieurs heures, voire un jour.

La clé est d'implanter l'idée chez votre enfant que le sujet est « ouvert » et que vous allez y revenir avec lui une fois que chacun de vous aura pris le temps d'y repenser.

Avec de jeunes enfants qui se comportent mal, vous pouvez vraiment les prendre dans les bras, les emmener dans leur chambre et avoir une conversation sérieuse après quelques minutes pour se calmer. Mais avec les enfants plus âgés, cette tactique ne fonctionne pas. Qui plus est, si, dans le feu de l'action, vous attaquez verbalement un enfant plus grand, il va se sentir acculé et coincé. Ainsi, vous les poussez simplement à vous attaquer verbalement.

C'est pourquoi (à moins que quelqu'un risque d'être blessé ou de blesser quelqu'un), j'ai aujourd'hui bien plus tendance à dire quelque chose comme : « Tu sais, la façon dont tu me parles ne me convient pas. Mais je ne vais pas me mettre à crier et t'infliger une punition. Je veux que tu penses à cela avant que nous en reparlions cet après-midi. »

Les enfants sont surtout en quête de respect. Même quand ils ne vous le montrent pas ouvertement. Ils veulent être entendus. Quand vous abordez des questions avec respect et considération, il est bien plus difficile pour eux de poursuivre leur type de comportement. Essayez donc.

Découvrez deux autres conseils très avisés de ce papa en lisant la suite de cet article sur Le HuffPost.

Plus d'actu sur : Les nouveaux papas

Paternité : Don't forget dads, le compte Instagram qui célèbre les papas
Au Danemark, une campagne encourage les papas à prendre un congé parental
Ce papa a fait écrire la petite souris à son fils (et la lettre est géniale)