Faut-il raconter des histoires aux tout-petits ?

Faut-il raconter des histoires aux tout-petits ?
Faut-il raconter des histoires aux tout-petits ?
Dans cette photo : Amanda Seyfried
A l'heure où même les livres peuvent devenir numériques, y a-t-il encore un intérêt à raconter des histoires aux tout-petits ? Conteuse professionnelle, j'interviens depuis 6 ans dans des structures Petite Enfance et dans les rassemblements d'Assistantes Maternelles de la CAF.
A lire aussi
Sex Story : la BD décapante et féministe qui raconte nos histoires de fesses
News essentielles
Sex Story : la BD décapante et féministe qui raconte nos...

Il me paraît primordial de raconter des histoires aux enfants, que ce soit avec le support d'un livre ou pas, afin que ceux-ci développent leur sens de l'écoute et de l'attention, sans parler de leur imaginaire. Il faut que le temps de l'histoire soit un moment privilégié, de partage et d'échange.

Avant même que l'enfant soit en âge de comprendre une histoire, il convient de lui chantonner des berceuses, de lui dire des comptines. Bien sûr, on ne peut pas raconter n'importe quel conte et on doit tenir compte de l'âge de l'enfant.

Pour les petits, il faut des histoires très courtes, des randonnées. Ne pas hésiter à puiser dans le réservoir des contes traditionnels : Roule Galette, La Petite Poule Rousse...

Qu'en est-il des contes qui parlent de loups, monstres ? Doit-on les éviter ? Non. Il est certain que l'on ne racontera pas exactement le même Petit Chaperon Rouge à un enfant de 4 ans qu'à un enfant de 9 ans !

Contrairement à ce que pensent bon nombre de parents, les contes n'effraient pas les enfants mais au contraire les aident à surmonter et à dépasser leurs propres peurs. Si un enfant manifeste une peur du loup (ou autre) après avoir écouté un conte qui parlait d'un loup, il faut bien savoir que le conte n'a pas créé lui-même cette peur mais a simplement révélé son existence.

Il conviendra alors d'écouter l'enfant exprimer sa peur, le rassurer, l'aider à la dépasser et ne plus lui raconter cette histoire tant qu'il n'en manifestera pas le désir. En outre, il y a un élément récurrent dans les contes : c'est toujours le plus petit, le plus faible qui l'emporte sur le méchant (cf Le Petit Poucet) et ça c'est très important pour les enfants, cela les aide à grandir.

Pour finir, je ferai référence à la chanson de Dame Tartine : Donnez, bons parents, beaucoup de contes à vos enfants !"

VOIR AUSSI

Croyez-vous au Prince Charmant ?

Education en Chine : Mamans tigres rentrez vos griffes !

Education : l’anglais dès 3 ans, initié par Luc Chatel

Le Chaperon Rouge: Amanda Seyfried, Gary Oldman...et des loups