Ernests Gulbis, l’homme qui voulait mettre des manches de casseroles dans les mains des tenniswomen

Ernests Gulbis, l’homme qui voulait mettre des manches de casseroles dans les mains des tenniswomen
Ernests Gulbis, l’homme qui voulait mettre des manches de casseroles dans les mains des tenniswomen
Dans cette photo : Ernests Gulbis
Ernests Gulbis est-il marrant ? C’est en tous cas l’image que veut se donner le tombeur de Federer à Roland Garros. Pourtant, après sa sortie over-sexiste de la semaine dernière, on peut sérieusement en douter.
A lire aussi

De quel droit, déjà, cet arrogant échalas nous a-t-il privé de Roger Federer en deuxième semaine de Roland Garros ? Ernests Gulbis, inconnu des non spécialistes (qui auront rapidement oublié le post-pubère de 18 ans qui avait en 2008 atteint les quarts de finale du tournoi), a en effet sorti en huitième de finale le power papa des circuits (une paire de jumelles et une paire de jumeaux à son actif), la légende vivante des filets, le gentleman de la balle jaune Roger Federer. Passons…

"Les femmes doivent profiter de la vie, elles doivent penser à la famille, elles doivent penser aux enfants"

En revanche, revenons sur la conférence de presse qui avait précédé ce crime de lèse-majesté. Interrogé sur ses deux jeunes sœurs et leur aptitude à tenir la raquette, le jeune Letton a surpris son monde. « Vous savez, je pense que les femmes doivent profiter de la vie, elles doivent penser à la famille, elles doivent penser aux enfants. Quel enfant tu peux envisager avant l'âge de 27 ans quand tu es une joueuse de tennis professionnelle ? Ce n'est pas sérieux », a en effet répondu le grand frère décidément très prévenant avec ses soeurettes.

>> Marion Bartoli est-elle trop grosse pour gagner Wimbledon ? <<


Peut-on décemment envisager qu’il était sérieux lui-même lorsqu’il a déclaré que « profiter de la vie » pour une femme équivalait à « penser à sa famille » et à « ses enfants », ou que repousser la maternité à 27 ans pouvait menacer son équilibre ?  Gulbis aurait-il oublié Kim Clijsters qui, à 24 ans, mettait un terme à sa carrière pour donner naissance à sa fille Jade, qu’elle portait dans ses bras deux ans plus tard en même temps que la coupe remportée de l’US Open ? Aurait-il mis de côté le cas de Evonne Goolagong laquelle, trois ans après avoir mis au monde sa fille, remportait Wimbledon ? De Lindsay Davenport, qui gagnait des tournois l’année qui suivit son accouchement ?


Gulbis aurait-il omis le fait que les  femmes, en 2014, deviennent mère à 28 ans en moyenne (largement de quoi prendre le temps de « profiter » de l’adrénaline du circuit avant de « profiter » de celui de pouponner) ? Gulbis serait-il donc le messager d’une époque ancestrale pendant laquelle on pouvait sérieusement se poser la question de savoir si une femme pouvait coacher un homme ?

"Quand il parle, c'est un grand divertissement"

Non… Gulbis faisait de l’humour, sûrement, ainsi que le suppose Maria Sharapova qui explique que « quand il parle, c’est un grand divertissement ».S’il remporte les quarts de finale, le casseur de raquettes multi-récidiviste rencontrera Novak Djokovic, papa dans l’année. Un match certainement placé, lui aussi, sous le signe de l’humour, si cher à notre nouvel ami Ernset Gulbis donc.

On a hâte, parce que nous aussi on aime rire.