Violence scolaire : un élève sur dix harcelé au collège

Violence scolaire : un élève sur dix harcelé au collège
Violence scolaire : un élève sur dix harcelé au collège
Le harcèlement au collège touche 10% des élèves. C’est ce que révèle la première enquête sur la victimation nationale réalisée auprès de 18 000 collégiens et dont les résultats sont publiés aujourd’hui dans Le Parisien. Pour la grande majorité des élèves en revanche, le collège reste un endroit où ils se sentent bien.
A lire aussi


D’après la première grande enquête nationale sur la violence au collège, dont Le Parisien publie aujourd’hui les résultats, 1 élève sur 10 est victime de harcèlement. Selon Eric Debarbieux, spécialiste international des violences scolaires, cela représente environ 200 000 collégiens sur le total de 3 222 000 que compte notre pays. Cette enquête, réalisée auprès de 18 000 collégiens dans 300 établissements, a été menée pour fournir un outil de mesure destiné à mieux lutter contre la violence au collège. Il en ressort donc que sur les 10% d’élèves se disant harcelés, 4% le sont modérément et 6% le sont sévèrement. Ces collégiens seraient en effet les cibles répétées de moqueries, mise à l’écart, brimades, injures ou surnom blessant. Ces mauvais traitements seraient d’ailleurs plus souvent réservés aux bons éléments, représentant 29% des cas.

En revanche il ressort aussi de cette étude un constat plutôt flatteur et inattendu. En effet, 93% des élèves disent se « sentir bien » au collège et 86% s’y  « sentent en sécurité ». Les collégiens jugent même que leurs relations avec leurs professeurs sont bonnes, que les punitions ne sont pas si injustifiées que cela. Ce constat s’étend aussi aux élèves de zones difficiles. Pour Eric Debarbieux, c’est d’ailleurs « une grande surprise de cet état des lieux ».

Selon le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, « entre 10 et 20 projets seront retenus avec évaluation scientifique des actions pour lutter contre le harcèlement ». La mise en ligne d’un guide pour sensibiliser les professeurs à ce problème, la formation des chefs d’établissement et la signature d’une charte contre le cyber-harcèlement avec e-Enfance et le soutien de Facebook, font partie de ces projets. Le ministre a également ajouté qu'« une campagne nationale de sensibilisation et de mobilisation sera lancée en janvier 2012 ».

Alexandre Roux

(Source : Le Parisien)
Crédit photo : Comstock

VOIR AUSSI

Un enfant sur dix est victime de harcèlement à l’école primaire
Violence scolaire : lancement d’une enquête nationale de victimisation
Harcèlement scolaire : Luc Chatel veut humaniser l’école
Violence scolaire : « il faut traiter le mal à la racine »
Quinze propositions pour lutter contre le harcèlement scolaire