Une migraine orgasmique, qu’est-ce que c’est ?

Une migraine orgasmique, qu’est-ce que c’est ?
Une migraine orgasmique, qu’est-ce que c’est ?
Céphalée orgasmique : c’est ainsi qu’est appelé le violent mal de tête que ressentent certaines hommes après ou pendant un rapport sexuel. Une maladie encore peu connue qui peut pourtant dissimuler des troubles neurologiques.
A lire aussi
L'incroyable vie d'Hedy Lamarr, la première femme à avoir eu un orgasme sur grand écran
News essentielles
L'incroyable vie d'Hedy Lamarr, la première femme à avoir...


C’est une maladie dont les couples devraient se méfier que vient de mettre en lumière le « British Journal of Medical Practioners » ; une sorte de mal de tête qui se manifesterait pendant l’acte sexuel, avant ou après la survenue d’un orgasme. Selon la revue médicale, la douleur envahirait l’ensemble du crâne, de la base jusqu’aux yeux. Plus connues sous le nom de céphalées coïtales ou orgasmiques, ces douleurs, aussi violentes que brutales, disparaîtraient spontanément au bout de quelques minutes à quelques heures, mais pourraient se répéter pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, à chaque rapport sexuel, pouvant dissimuler des troubles neurologiques.

Âgé de 31 ans, Will Ashton en fait l’amère expérience, qu'il raconte au Daily Mail : « C’était un des moments les plus terrifiants de ma vie, et ça s’est passé pendant que je faisais l’amour avec ma petite amie. C’était comme si j’avais reçu un coup de massue derrière la tête. Je me suis effondré sur le lit en état de choc. Je ne pouvais pas ouvrir mes yeux et suis resté comme assommé pendant 30 secondes ». Les chercheurs estiment que les hommes seraient trois à quatre fois plus exposés à cette maladie, encore mal connue, que leurs partenaires féminines. Environ un homme sur 100 pourrait être concerné.

VOIR AUSSI

Migraine : les femmes plus sensibles à la douleur que les hommes
Comment obtenir et reconnaître un orgasme ?
Nos meilleures excuses pour ne pas faire l'amour
Faire l'amour « toujours mieux » plutôt que « toujours plus »