Le Love Money, mode d'emploi

Par Marion Roucheux
Publié le 26 octobre 2011

La recherche de fonds n'est pas chose aisée pour les petits entrepreneurs. Pourtant il existe une alternative aux difficultés à obtenir des prêts ou à faire entrer des fonds d’investissement dans le capital d'une entreprise: le love money. Quels sont les atouts de ce mode de financement ? A qui vous adresser ? Quels avantages pour les investisseurs ? Décryptage du Love Money.  

Le Love Money, mode d'emploi

Le Love Money, mode d'emploi © Photodisc

 

Une source de financement alternative

Le Love Money, ou « argent de l’amour », consiste en l'investissement privé de particuliers dans de jeunes entreprises. Il s'agit souvent de l'argent de proches de l'entrepreneur (amis, famille, anciens collègues) qui croient dans le projet porté. C’est une source de financement idéale pour les jeunes entrepreneurs ou pour des entrepreneurs plus confirmés ne souhaitant pas encore ouvrir leur capital à des inconnus. Le Love Money intervient souvent comme premiers fonds, une fois que l'entrepreneur a réuni son capital de départ, et avant de se tourner vers les business angels.
Des associations, les Love Money Pour l'Emploi, existent depuis 1998 pour aider à effectuer au mieux des démarches qui permettent de récolter en général entre 100.000 et 200.000 euros. 200 entreprises ont ainsi été créées en partie grâce au Love Money. Selon Oséo, entreprise publique d’aide aux entrepreneurs, le Love Money représente la première source de financement de la création d’entreprise.

Des arguments financiers à avancer auprès des investisseurs

Depuis 2003 et la Loi pour l’Initiative Economique, les entrepreneurs à la recherche de fonds disposent d’arguments financiers de poids pour convaincre les potentiels investisseurs. Ainsi les articles 29 et 30 prévoient des exonérations d’impôt élevées pour les personnes physiques qui investissent dans le capital de petites et moyennes entreprises.
Selon l’article 29, les personnes qui investissent dans le capital de sociétés non cotées, lors de leur création ou au cours de leur développement, bénéficient d’une réduction d’impôt égale à 25 % des versements effectués. Ces versements sont plafonnés à 20 000 euros pour un célibataire et à 40 000 euros pour un couple marié.
Autre argument de choix : l’article 30 stipule que si une société non cotée est déclarée en cessation de paiement dans les 8 ans suivant sa constitution, les personnes physiques qui ont souscrit en numéraire à son capital peuvent alors bénéficier d’une déduction d’impôts égale au montant de leur souscription. Cette déduction est limitée à 30 500 euros par an pour un couple marié et 15 250 euros pour les investisseurs célibataires.

Zoom sur l’association Love Money

L’association Love Money a été créée en 1982 par Jean Salwa. « J’étais à l’époque commis de change. L’association est née du constat que la Bourse n’était pas adaptée au financement des petites entreprises », explique le fondateur. Il crée alors une structure pour permettre aux petites sociétés de bénéficier du mécanisme de l’actionnariat. L’idée est de faire appel à des particuliers qui sont prêts à investir dans une entreprise et à devenir directement actionnaires. « Nous mettons en relation petites entreprises en besoin de financement et actionnaires individuels ». L’association, sur le modèle des entreprises cotées en bourse, a mis en place des prospectus, dossiers d’une cinquantaine de pages destinés à présenter chaque entreprise, ainsi qu’un système d’évaluation des entreprises et un marché d’action de gré à gré. « Tous ces éléments permettent aux particuliers de choisir les entreprises dans lesquelles ils ont envie d’investir », indique Jean Salwa.
Ainsi les investisseurs en Love Money ne sont pas forcément les amis ou la famille, mais également des inconnus tentés par l’aventure entrepreneuriale et désireux de soutenir le développement de jeunes entreprises.

Où se renseigner pour trouver une entreprise dans laquelle investir ?

Oséo capital PME : cette grande base de données met en relation investisseurs (individuels ou non) et entreprises en recherche de capitaux. L'inscription et le service sont gratuits, puis l'éventuelle transaction se déroule directement entre l'investisseur et la PME.
Association Love Money : l’association propose une base de données d’entreprises ouvertes à l’investissement, labellisées love-money.
Par ailleurs, depuis le 27 janvier 2010 la loi autorise les particuliers à prêter de l’argent à des institutions de micro-finance chargées de reverser ces fonds par la suite à des porteurs de projets. Rendez-vous sur des sites de microcrédit sur Internet comme Babyloan ou Veecus, qui soutiennent le développement des micro-entrepreneurs.

Où démarcher des investisseurs ?

Dans votre entourage bien sûr. Mais également en vous tournant vers l’association Love Money où vous pourrez présenter votre projet.

Plus d'informations pratiques sur le site de l'association Love Money.

VOIR AUSSI

Trouver des financements
Rencontre avec Isabelle Rabier, fondatrice de Dermance
David Creuzot et Lucie Beudet, créateurs de Konbini
Qui sont les business angels ?
Le microcrédit sur Internet a de l'avenir en France

Partages
Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook
Et vous, aimeriez-vous créer votre boîte ?
           
 

Commenter

7 commentaires

angelabeille - 26/10/11 14:11
Je trouve que c'est une bonne idée, j'ignore si cela est vraiment prudent, mais pourquoi pas. En tout cas je ne le ferrais pas, mais pour ceux et celles qui le peuvent et peuvent se permettre ce genre de placement je trouve que c'est a étudié, mais bien sur avec prudence.
sandrine6405 - 26/10/11 20:13
Les jeunes entrepreneurs n'ont pas vraiment le choix pour financer leur projet ils doivent innover et ce type de réseau financier est intéressant
country33 - 01/11/11 08:28
Moi je suis très inquiète sur l'avenir de ces gens là, il est facile de monter une entreprise , mais c'est tellement prenant que parfois on a vite fait de couler.
sandrine6405 - 01/11/11 08:53
Surtout que les premières années, ils sont exonérés de charge donc tout va bien mais ensuite ces charges sont trop lourdes et ils sont obligés d'abandonnés
angelabeille - 03/01/12 08:55
C'est vrai Sandrine, quand les exonérations des charges ne sont plus là... c'est là que cela déraille souvent pour les petites structures. Il faut penser à bien gérer et mettre de coté...pour les années difficiles.
country33 - 08/05/12 18:36
C'est d'ailleurs ce qui arrive souvent les entreprises ne perdurent pas car les premiers temps sont aisés et ensuite avec les charges il faut se faire une raison que les PME et PMI sont les plus taxées.
Fleurdesmontagn - 03/11/13 10:02
Ce nouveau mode de financement peut aider pas mal de gens en difficulté dans leur entreprise, mais seulement s'ils ont des proches sur qui compter!

Rechercher sur @WORK

ex: SARL, maternité, Licenciements...

Seriez-vous prêt(e) à vous former grâce aux cours en ligne augmentés (MOOC) ?

Recevoir la newsletter

Les Coachs

Sabine  Judkiewicz
Sabine Judkiewicz
Marc Roussel
Marc Roussel
Evelyne  Rys
Evelyne Rys
Fermer