Congo : explosions meurtrières dans un dépôt de munitions de Brazzaville

Une série d'explosions dans un dépôt de munitions a fait au moins 146 morts et des centaines de blessés dimanche matin à Brazzaville, la capitale du Congo. L'accident a provoqué de lourds dégâts matériels dans le quartier de Mpila (est) et jusque dans le centre-ville, ainsi qu'un mouvement de panique dans la population.
A lire aussi


Cinq explosions très fortes et espacées se sont produites dimanche matin, à partir de 08h00 (heure locale) et jusqu’à 10h45, dans un dépôt de munitions situé dans le quartier Mpila (est) de Brazzaville, la capitale du Congo. On compte au moins 146 morts, dont des militaires du régiment, et des centaines de blessés, « environ 1.500 dans un état plus ou moins grave », selon une source diplomatique européenne. Un incendie, probablement dû à un court-circuit, dans deux magasins de munitions de la caserne du régiment blindé congolais serait à l’origine de l’accident. Les dégâts matériels sont considérables : maisons rasées par le souffle de l’explosion, portes éventrées, et vitres brisées. La déflagration a aussi touché des logements du centre-ville, entraînant même des dommages matériels à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, séparée de Brazzaville par le fleuve Congo.

La série d’explosion a donné lieu à un mouvement de panique dans la population, ramenée aux temps de la guerre civile il y a une dizaine d’années. « Ce que j’ai vécu, c’est l’apocalypse. C’est par la grâce de Dieu que je vous parle. Toute ma maison s'est écroulée. Ma mère est décédée, mon père, mes deux frères et mes deux sœurs aussi. La vie ne me sert plus à rien », raconte Jeanette Nuongui, 36 ans, en état de choc sur son lit à l’hôpital militaire. Le président du Congo, Denis Sassou-Nguesso, s'est rendu sur les lieux du sinistre et a annoncé à la télévision nationale une « enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement ». Les Brazzavillois ont été priés de se rendre dans les hôpitaux pour faire des dons de sang. La cathédrale du Sacré-Cœur de Brazzaville, le marché couvert de Nkombo et la paroisse Notre-Dame du Rosaire vont servir de lieux d’hébergement. La France a annoncé l’envoi d’une aide d’urgence, ainsi que le Maroc, qui a fait partir dimanche un avion chargé de matériel médical.

Élodie Vergelati

Avec AFP
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Viols au Congo
Viols en RDC : Rama Yade dénonce l’impunité des bourreaux
Expo Congo Women : 10 ans de viol en RDC
Sortie ciné : Benda Bilili ou le miracle musical de Kinshasa

Dans l'actu
UMP