"Sayonara Football", le manga qui célèbre le ballon rond au féminin

"Sayonara Football", le manga du ballon rond qui célèbre le sport féminin
"Sayonara Football", le manga du ballon rond qui célèbre le sport féminin
L'héroïne de "Sayonara Football" est une fille qui aime le foot : une évidence pour elle, un paradoxe pour certains. Si ce sport ne se conjugue que trop rarement au féminin dans l'imaginaire collectif, l'auteur de manga japonais Noashi Arawaka, lui, nous prouve le contraire.
A lire aussi

Depuis ses début en 2007, Arakawa Naoshi, auteur de mangas japonais, nous avait plutôt habitué à des shōnen, ces mangas d'action visant un public de prime abord essentiellement masculin et prônant le courage, la persévérance et la bravoure. Et où les personnages principaux ne sont que des garçons. Cette fois, l'auteur étonne et revient avec un nouveau manga, Sayonara Football, mettant en scène une joueuse de football pleine d'audace.

L'auteur, loin d'être un fervent supporter du ballon rond, a imaginé son scénario à la suite d'un reportage sur le football féminin japonais et la figure d'Homare Sawa, la capitaine de l'équipe nationale. Alors subjugué par la volonté implacable dont les sportives peuvent faire preuve sur le terrain, il a décidé de leur rendre hommage à sa manière, avec Nozomi, héroïne de son dernier diptyque.

Depuis son plus jeune âge, Nozomi ne vit que pour le football. Bien plus qu'une simple passion, elle fait preuve d'une technicité sans pareille. À 14 ans, elle ne rêve que d'une chose : intégrer la sélection officielle de son collège totalement masculine, car n'existant pas de section féminine. Mais voilà, son entraîneur refuse de lui laisser chausser ses crampons sous prétexte qu'elle est une fille - bien qu'elle surpasse ses compères masculins. Rien n'entache cependant la détermination de la joueuse. Nozomi redouble alors d'efforts sur le terrain afin prouver qu'elle aussi a sa place au sein de l'équipe.

Chaque page suinte alors la frustration de l'héroïne face à la bêtise bornée de ses camarades, sur fond de romance. Mais on est bien loin d'un manga à l'eau de rose ! Avec ce nouvel ouvrage, Noashi Arawaka, déjà connu en France pour sa toute première série de mangas, Your Lie in April, réussit avec brio un véritable numéro d'équilibriste.

Et, même si on est allergique au ballon rond, on ne peut décidément pas rester insensible à la détermination qui anime la jeune fille face à ce qu'elle décrit comme une injustice. Entre espoir et colère, on partage alors sa frustration lorsqu'un de ses rivaux lui déclare : "Je suis un garçon, et c'est suffisant pour être meilleur que toi !".

Une planche tiré du premier tome de "Sayonara Football"
Une planche tiré du premier tome de "Sayonara Football"

Sayonara Football a également l'avantage de ne pas traîner en longueur, puisque ses péripéties s'achèvent en deux tomes. Avec un premier volume sorti le 9 juin dernier, le second vient de paraître ce jeudi 7 juillet 2016.

Une ode au dépassement de soi au féminin

Si l'auteur ne présente pas son manga comme un plaidoyer féministe, on aime à croire qu'il questionne tout du moins la reconnaissance et la place du sport féminin. Et pose finalement une question essentielle : "Pourquoi ne peut-on pas jouer avec les garçons quand on est une fille ?".

Une planche du second tome de Sayonara Football
Une planche du second tome de Sayonara Football

Ce qui, à l'heure où toute l'Europe se lève en faveur de ses équipes nationales, nous questionne sur des faits sociétaux : au final, qu'est-ce qui caractérise un sportif ? Peut-on seulement le définir par son sexe ? Sans toutefois y répondre mais en donnant plusieurs clés de compréhension, Sayonara Football envoie également un message positif aux plus jeunes - surtout à un âge où la plupart des filles stoppent la pratique sportive avec l'arrivée de la puberté. Au final, ce manga livre le récit d'une jolie aventure individuelle très ancrée dans notre société actuelle.

"Sayonara Football" aux éditions Ki-oon , au prix de 6€60