Attention danger, les ados prêts à tout pour modifier leur corps

Les adolescents mettent leur corps en danger selon la science
Les adolescents mettent leur corps en danger selon la science
Soumis à des injonctions physiques impossibles à atteindre, garçons et filles ont trouvé la solution : consommer des laxatifs et des produits promettant des muscles d'acier. C'est en tout cas ce qui ressort d'une récente étude américaine menée sur un large panel d'adolescents. Ou quand standards de beauté et altération du corps ne font plus qu'un.
A lire aussi
Mauvais travail : attention danger !
emploi
Mauvais travail : attention danger !

Mannequins maigrissimes, starlettes aux courbes en 4D, et bien sûr, campagnes de pub affichant des corps retouchés à outrance... la femme lambda a de quoi devenir franchement schizophrène. Sois belle, sois mince, mais parce que la fesse est la nouvelle paire de seins, affiche un popotin rebondi qui rentre dans une taille 38. Ces idéaux de beauté impossible à atteindre qui nous rendent dingues, on en a parlé et reparlé. On a étiré le sujet dans tous les sens, et on a même fait appel à la science pour démontrer aux femmes que l'acceptation de soi avait un impact positif sur la santé et le moral.

Mais grâce à une récente étude menée par l'Académie pédiatrique américaine et relayée par le New York Times, on sait maintenant que toutes ces injonctions physiques imposées par la société ont un impact aussi bien sur les femmes que sur les hommes. Pire, les adolescents et jeunes adultes américains vont jusqu'à utiliser des laxatifs et des produits censés faire gagner du muscle, tout cela pour entrer dans "le moule".

L'étude en question a commencé en 1996 et s'est intéressée à 13 000 enfants, tous âgés à l'époque de 9 à 14 ans. En étudiant les jeunes sujets de près sur une longue période, les chercheurs ont découvert qu'en entrant dans l'âge adulte, beaucoup d'entre eux cherchent à modifier leur corps. A l'âge de 23 ans, 20% des filles ont déjà consommé des laxatifs. Chez les garçons, c'est encore plus tôt que le besoin d'être en adéquation avec le modèle masculin commence. A 19 ans, ils sont ainsi 12% à avoir déjà ingéré des produits promettant des muscles plus développés.

...
...

Féminité et masculinité conforment

Grâce à cette étude, les chercheurs ont fait une autre découverte intéressante. Si l'orientation sexuelle n'est pas un facteur, la construction de la féminité et de la masculinité entre en compte dans ce besoin de correspondre aux standards de beauté actuels. Ainsi, plus les adolescents avaient tendance à se rapprocher des genres considérés comme "normaux" par la société, plus ils étaient susceptibles de consommer des laxatifs ou des produits pour augmenter leur masse musculaire. Jerel Calzo, psychologue, professeur assistant à l'Université d'Harvard et auteur principal de l'étude, rapporte : "Généralement dans la recherche, on a tendance à se concentrer sur la jeunesse non-conformiste, sur les jeunes qui ont de plus grands risques d'être touchés par des problèmes de santé, d'être dépressifs, victimisés ou rejetés par la société". Mais son étude a démontré que même les personnes censées entrer dans des standards conventionnels pouvaient avoir des comportements à risque.

Plus jeunes, les participants ont dû décrire leur personnalité en utilisant leurs jeux vidéo préférés, mais aussi les personnages de séries et de films qu'ils imitaient. Jerel Calzo et son équipe ont ensuite analysé les réponses et mesuré la "conformité du genre" de chaque petit cobaye. Selon le psychologue, les résultats obtenus sont très importants parce qu'ils ont ensuite été liés à des comportements débutés à l'adolescence qui se sont prolongés jusqu'à l'entrée dans l'âge adulte. Il ajoute : "La prise de laxatifs et de produits pour les muscles ont augmenté chez ces participants avec l'âge".

Le dialogue, le meilleur moyen de préserver son enfant

A une époque où les enfants sont sollicités très tôt par les médias, le Dr. Calzo assure qu'il est impératif d'ouvrir le dialogue avec eux le plus tôt possible, leur expliquer que les images qu'ils voient sont inévitablement altérées. Quant aux réseaux sociaux, ils sont également au centre des préoccupations des chercheurs. Alors que la tendance des selfies pousse de plus en plus de jeunes à avoir recours à la chirurgie esthétique, Rachel Rodgers, psychologue et experte en image du corps, alerte : "Les adolescents regardent des photos de leurs amis sur les réseaux sociaux, et ces photos ont beau avoir été modifiées, pour eux, elles sont bien réelles".

Enfin, comme le note le Dr. Sara Forman, spécialiste de la médecine adolescente et directrice d'un programme sur les troubles alimentaires au Boston Children's Hospital, il faut apprendre à reconnaître les ennemis. Chez les garçons, ce sont bien sûr les produits à base de créatine ou de stéroïdes qui doivent être bannis. Mais du côté des filles, le danger est plus insidieux car plus difficile à identifier. Beaucoup de produits vendus comme des cures de lavement ou des thés détox aux herbes, contiennent en fait des laxatifs puissants.

Le comble ? Ces fameux thés sont encensés sur Instagram par les stars préférées des adolescentes, de Kylie Jenner à Lea Michele en passant par Nicki Minaj. Des jeunes femmes qui empochent gros pour faire ce genre de publicités et qui affichent des courbes frôlant la perfection, bien évidemment.

...
...