Culture
Comment un polar féministe est devenu le favori des César
Publié le 24 février 2023 à 11:21
Par Clément Arbrun | Journaliste
Passionné par les sujets de société et la culture, Clément Arbrun est journaliste pour le site Terrafemina depuis 2019.
Il est l'un des meilleurs films français de 2022 et, fort logiquement, l'un des grands favoris de la 48e cérémonie des César qui se tient ce 24 février. "La nuit du 12" est une grande oeuvre féministe. Et elle pourrait bien se voir sacrée.
Comment un polar féministe est devenu le favori des César
La suite après la publicité

Yohan, enquêteur de la PJ, voit sa vie bouleversée lorsqu'il doit prendre en charge une affaire sordide : le meurtre d'une jeune femme, Clara, brûlée vive en pleine rue alors qu'elle rentrait chez elle. Cette enquête va l'obséder et, petit à petit, bousculer sa vision du métier, mais aussi des hommes et du système dont ils profitent..

Ca, c'est le pitch de La nuit du 12 de Dominik Moll, auteur remarqué pour le fascinant Harry, un ami qui vous veut du bien. Ce film est l'un des grands favoris de la 48e cérémonie des César qui se tient ce 24 février. Il pourrait remporter jusqu'à 10 statuettes, parmi lesquelles celles du Meilleur film et de la meilleure réalisation. Mais comment expliquer ce sacre annoncé ?

En apparence, on tient là une histoire classique de flic obsédé, qui va dédier son temps et son esprit à une enquête dont il espère trouver la clé En apparence seulement. Car cette oeuvre qui a réunit plus d'un demi million de spectateurs en salles n'est autre que le premier polar français à évoquer frontalement des enjeux féministes essentiels. Ce qui ne peut que nous réjouir.

Un film unique en son genre ?
© YouTube

Féminicides, violences masculines, culture du viol, slut-shaming, chasse aux sorcières, sexisme ordinaire... Rien n'a échappé au cinéaste et à son scénariste Gilles Marchand. Au fur et à mesure de "l'affaire Clara", le capitaine Yohan (Bastien Bouillon) et son collègue Marceau (Bouli Lanners) vont passer au crible chaque suspect. Et chacun représentera une facette de la violence masculine, du rappeur misogyne à l'auteur de violences conjugales. Tant et si bien que nos protagonistes en concluent : "Ce sont tous les hommes qui ont tué Clara, c'est un problème entre les hommes et les femmes". Une manière de nous rappeler que l'oppression patriarcale n'a ni âge, ni visage unique.

La nuit du 12 est un film mis en scène par un homme, écrit par des hommes, avec un casting majoritairement masculin. Comment dès lors traiter avec justesse ces enjeux féministes ? Simple : en faisant de cette question le coeur-même du film. Ainsi lorsqu'intervient en fin de parcours une policière (enfin !), celle-ci constate : "Dans notre société, ce sont toujours les hommes qui sont chargés d'arrêter les hommes qui tuent les femmes".

Le genre investi, le polar, est lui aussi très "viril". Et sera déboulonné. Rapidement, Yoann comprend que sa méthode d'interrogatoire, vue maintes fois (cuisiner les proches de Clara quant à ses fréquentations) est sexiste et repose sur le stéréotype de la "fille facile", qui aurait un peu "mérité" son sort.

Le patriarcat au coeur de l'histoire

Au début du film, la présence masculine est naturelle. Plus le récit progresse, plus elle démontre ses limites, jusqu'à l'autocritique évidente. Ainsi le personnage de Marceau, fera usage de violence... envers un auteur de violences. Loin du chevalier blanc, il est avant tout un homme hanté jusqu'à l'obsession par son ex-femme.

La nuit du 12 n'est pas une simple enquête. Comme dans le Zodiac de David Fincher, celui qui espère trouver le fin mot de l'histoire sera déçu. Le sujet explicite du film, c'est le patriarcat et tout ce qu'il implique : violences faites aux femmes, féminicides, entre soi masculin (des présumés coupables à la justice), préjugés sexiste de la "bonne" ou de la "mauvaise" victime. En cela, c'est l'un des premiers grands films français post-#MeToo.

Et alors que les réalisatrices se sont vues carrément snobées par les César cette année (pas d'Alice Winocour, de Rebecca Zlotowski ou d'Alice Diop en Meilleure réalisation), on aimerait (vraiment) beaucoup qu'une oeuvre aussi ambitieuse et déconstruite remporte le jackpot lors de cette cérémonie. On croise les doigts ?

Mots clés
Culture News essentielles cinéma prix Violences féminicide feminisme #MeToo
Sur le même thème
Sensible, poétique, féministe : ce roman graphique est une merveille de douceur play_circle
Culture
Sensible, poétique, féministe : ce roman graphique est une merveille de douceur
16 février 2024
Historique : les réalisatrices sont majoritaires aux César dans plusieurs catégories ! play_circle
Culture
Historique : les réalisatrices sont majoritaires aux César dans plusieurs catégories !
25 janvier 2024
Les articles similaires
Avez-vous vu ce formidable film féministe (discrètement) présent aux César ? play_circle
Culture
Avez-vous vu ce formidable film féministe (discrètement) présent aux César ?
23 février 2024
"Des cinéastes qui ont abusé des femmes..." : Macha Méril parle de François Truffaut play_circle
Culture
"Des cinéastes qui ont abusé des femmes..." : Macha Méril parle de François Truffaut
6 mars 2024
"J'ai senti que j'allais subir une humiliation" : il faut réécouter cette interview poignante de Maria Schneider sur le calvaire du "Dernier tango à Paris" play_circle
Culture
"J'ai senti que j'allais subir une humiliation" : il faut réécouter cette interview poignante de Maria Schneider sur le calvaire du "Dernier tango à Paris"
21 juin 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news