Les tips pro/perso de Blanche Piat, co-fondatrice de Fleurivore

Fondatrices Fleurivore
Fondatrices Fleurivore
Et si on mangeait notre bouquet ? C'est l'idée qui a germé dans la tête des créatrices de Fleurivore, start-up qui livre les premiers bouquets comestibles. Comment ces deux entrepreneuses parviennent-elles à concilier leurs mille et une vies ? Réponses de l'une des fondatrices, Blanche Piat.
A lire aussi
Les tips pro/perso de Bénédicte Hallion, fondatrice du podcast Élémentaire Club
News essentielles
Les tips pro/perso de Bénédicte Hallion, fondatrice du...

Un bouquet beau, écolo et... bon : c'est le concept original de Fleurivore, start-up créée en mai 2018 par deux ex-publicitaires, Amandine Vanhaecke et Blanche Piat. Épaulées par un ethnobotaniste, ces fleuristes nouvelle génération composent de ravissants assortiments de fleurs locales, écologiques, non-traitées qui se dévorent des yeux et peuvent se savourer si cela nous chante. Car chaque bouquet, livré en vélo ou scooter électrique sur Paris et ses environs, est accompagné de sa fiche-recette qui détaille les fleurs et feuillages à cuisiner (avant qu'ils ne sèchent). Une façon gourmande de recycler son bouquet et de découvrir des saveurs inédites.

Comment les deux entrepreneuses arrivent-elles à concilier leur vie pro et leur sphère perso ? L'une des fondatrices de Fleurivore, Blanche Piat, nous livre ses conseils et ses inspirations.

Terrafemina : Quel a été le déclic pour créer votre entreprise ?

Blanche Piat : Le déclic, ça a été d'abord notre rencontre avec Amandine. Mais nous pensons que ce qui permet surtout de passer à l'action, c'est une longue maturation de nos convictions et une idée pour laquelle on est prêtes à tout casser. Quand l'idée de Fleurivore a germé dans nos têtes, elle a aussitôt comblé nos espérances en réunissant toutes nos passions en un projet : l'écologie, les fleurs, l'entrepreneuriat et les projets loufoques.

Selon vous, quelles sont les qualités essentielles pour réussir à aller au bout de ses projets ?

B.P. : La flemmardise ! Plus sérieusement, je pense que l'enthousiasme est contagieuse, c'est la meilleure façon de vendre une idée.

Bouquet comestible
Bouquet comestible

Quelle faiblesse avez-vous su transformer en force et comment ?

B.P. : Je suis malheureusement d'une nature assez impatiente. Dans ce projet, mon impatience s'est transformée en l'initiative voire en suractivité !

Vos indispensables pour concilier vie pro et vie perso ?

B.P. : Un des must-have, c'est de trouver une associée avec qui on est capable de partager des moments fun même dans le travail, et des compagnons qui nous soutiennent.


Vos réflexes pour vous ressourcer et recharger vos batteries ?

B.P. : Je me défoule au tennis ou je cours quand je manque de temps, je lis aussi tous les soirs et je me détends merveilleusement bien en peignant quelques croûtes. Mais le top, c'est des virées à la campagne, rien de tel pour recharger !

Votre astuce pour ne pas craquer sous la pression ?

B.P. : Déconner et m'agiter, ça me rassure.

Les trois femmes qui vous ont le plus inspirée dans votre vie ?

B.P. : Ma maman, forcément !

En fait, je n'ai pas de top 3 des femmes qui m'inspirent le plus : ma sensibilité évolue et mon admiration aussi. En ce moment, par exemple, j'admire beaucoup Frédérique Bedos, une journaliste engagée et si positive. J'aime beaucoup le travail d'Elora Hardy, designeuse canado-indonésienne qui a conçu une communauté de maisons de bambou à Bali. Et j'ai beaucoup de respect pour l'audace et l'engagement de la jeune militante écolo suédoise Greta Thunberg.

La femme qui vous a le plus impressionnée depuis le début de l'année ?

Greta Thunberg, justement.

Votre mantra inspirant pour vous booster ?

C'est parti mon kiki !

Votre dernier moment d'audace ?

Ce matin même ! L'audace des entrepreneurs est à renouveler chaque jour à chaque instant, puisque rien n'est jamais tracé.


Votre projet le plus fou ?

Aimer, aimer vraiment et jusqu'au bout.

Quel serait votre conseil pour inspirer toute une nouvelle génération de femmes ?

Je pense que les femmes ont une sensibilité très différente des hommes (même s'il ne faut pas faire de généralité) et qu'il faut explorer cette sensibilité jusqu'au bout pour amener davantage d'harmonie. N'écrasons pas notre altérité !

Quels sont vos prochains projets ?

Structurer Fleurivore, étendre le retour de la connaissance et la cuisine des fleurs.

L'atelier Fleurivore,
62, rue Notre-Dame de Nazareth,
75003 Paris