Pourquoi il faudrait apprendre le vrai nom des parties génitales aux enfants

Pourquoi il faudrait apprendre le vrai nom des parties génitales aux enfants
Pourquoi il faudrait apprendre le vrai nom des parties génitales aux enfants
Pas toujours évident de parler anatomie ou sexualité avec ses enfants. Pourtant, plusieurs expert·es s'accordent à dire qu'en la matière, mieux vaut éviter la langue de bois.
A lire aussi
Pourquoi les femmes devraient arrêter de travailler à partir de 15h35 ce 6 novembre
News essentielles
Pourquoi les femmes devraient arrêter de travailler à...

Zézette, foufoune, petit oiseau, zigounette... Vous avez probablement entendu ces petits mots "mignons" lorsque vous étiez petit·e et que vos parents vous apprenez à identifier et à nommer vos parties génitales.

Mais du point de vue de plusieurs expert·es, apprendre à son enfant à nommer ses parties génitales par leur vrai nom est essentiel pour qu'il connaisse son corps le plus tôt possible.

"Lorsque nous évitons de dire certains mots, nous insufflons un sentiment de honte, comme s'il fallait éviter d'en parler", a expliqué au HuffPost l'éducatrice sexuelle Lydia M. Bowers.

Or, aucune raison qu'un enfant sache dire où se situe son nez ou sa bouche, mais qu'il ne connaisse pas le vrai mot pour désigner son vagin ou son pénis. Car, en effet, un enfant n'a pas à avoir honte de posséder des organes génitaux.

Expliquer la notion de consentement aux enfants

Un autre enjeu important dans le fait de ne pas user d'euphémismes en parlant des parties génitales consiste à expliquer la notion de consentement aux enfants.

"Ne pas appeler un chat, un chat est risqué car cela peut amener un enfant à être mal compris, en particulier s'il y a eu des attouchements et qu'il doit le signaler", estime Melissa Carnagey, également contactée par le HuffPost.

Alors n'ayons pas peur d'apprendre, même aux plus jeunes enfants, des mots comme "vulve", "pénis", "vagin" ou "anus". De la même manière qu'on ne devrait pas rougir devant des jouets, illustrations ou scènes de film qui dépeignent l'anatomie humaine de manière réaliste (dans la limite de la décence, naturellement).

En décembre dernier, un papa américain a publié un coup de gueule sur Facebook en découvrant deux poupées achetées sur internet pour sa fille. L'objet du courroux de ce père ? Les parties génitales des jouets étaient beaucoup trop réalistes à son goût.

"Ma petite fille n'est pas prête à jouer avec des poupées qui ont un pénis", a estimé ce dernier qui, furieux, a réexpédié le colis. Partagé plus de 8000 fois sur Facebook, son post a suscité de nombreux commentaires. Dont un grand nombre qui n'expriment pas du tout le même point de vue que celui de ce papa.

"Apprendre la vraie anatomie est tellement honteux", ironise un internaute. "Je ne vois pas le problème. C'est génial. Les enfants doivent apprendre à connaître leur corps", écrit un autre.

Preuve que les mentalités à ce sujet avancent... ou tout simplement que la moyenne des gens est moins puritaine que ce papa. Ce qui est plutôt signe.