L'autrice Philippa Gregory remporte le Grand Prix du roman historique 2020

"Soeurs de sang", la fin d'un cycle historique (et littéraire) pour Philippa Gregory.
"Soeurs de sang", la fin d'un cycle historique (et littéraire) pour Philippa Gregory.
Label des éditions Bragelonne, valeur sûre des littératures de l'imaginaire en France, la maison Hauteville dédie cette année un Grand Prix aux autrices phares d'un genre très populaire : le roman historique. Et l'une de ses reines vient juste d'être sacrée.
A lire aussi

Vous connaissez forcément les éditions Bragelonne. Cela fait 20 ans déjà que cette maison indépendante a investi - et marqué au fer rouge - le paysage de la "littérature de l'imaginaire" en France, et notamment les genres fertiles de l'heroic fantasy et de la science-fiction. Entre deux nouveautés, de grands noms comme ceux de Jean-Pierre Andrevon, Robert E. Howard (Conan), James Herbert (Dune) ou encore Clive Barker (Hellraiser) comptent parmi leur palmarès d'auteurs édités. Rien que ça.

Déjà décliné en sept labels, Bragelonne ne cesse d'explorer de nouveaux territoires. On y retrouve notamment Hauteville, un éditeur grand public qui privilégie le genre du roman historique, à suspense et les "destins de femmes" volontiers épiques. Et cette année, fort du succès antérieur de son Prix des Lectrices, Hauteville a décidé de lancer une nouvelle cérémonie : Le Grand Prix du roman historique 2020.

L'idée ? Récompenser le meilleur roman de fiction historique, ni plus ni moins. Et le casting fait envie. La fille du marchand de saphirs de Dinah Jefferies (déjà écoulé à 20 000 exemplaires), Victoria de Daisy Goodwin (sur la fameuse reine du même nom), La rose et la tour de Fiona McIntosh (une belle romance sur fond de magie- près de 150 000 livres vendus), Le secret de Pembrooke Park de Julie Klassen (récit prometteur sous influence Jane Austen) ou encore Le vent nous portera de Jojo Moyes, histoire d'amour dans la société américaine des années trente.

Bref, le type de romans historiques qu'aiment à célébrer les éditions Hauteville, mettant aussi bien à l'honneur "les nobles que les femmes du peuple, réelles ou inspirées, combattantes ou mères", comme le précise le label, mais aussi les autrices qui narrent leurs trépidantes aventures.

Après une période de vote étendue du 1er juillet au 31 août, le jury composé de lecteur·rice·s et de blogueur·euse·s a choisi la grande gagnante, qui sorti pour l'occasion en version poche le 14 septembre. La lauréate ? Philippa Gregory, écrivaine et historienne britannique surnommée "la maîtresse du roman historique" pour son roman Reines de sang.

Le sacre d'un roman royal

"Reines de Sang", le roman historique primé de Philippa Gregory.
"Reines de Sang", le roman historique primé de Philippa Gregory.

Que nous raconte ce roman royal ? La lutte de pouvoir entre cinq héritières prétendant à la couronne d'Angleterre, suite à la mort d'Henri VIII. Une histoire de soeurs et de filiation, de royaume et de destinées périlleuses, et ce en pleine époque des Tudors.

Reines de sang est d'ailleurs le dernier roman d'un cycle que Philippa Gregory a consacré à cette fascinante dynastie royale qui donna son nom à la période de l'Histoire anglaise située entre 1485 et 1603. Cela fait des années que son talent de reconstitution est célébré à travers le monde. Certaines de ses fresques historiques ont même été portées à l'écran : c'est notamment le cas du best seller The Other Boleyn Girl, qui a inspiré le film Deux soeurs pour un roi, avec Natalie Portman et Scarlett Johansson. La presse honore chaque nouveau roman de l'historienne. Pour la revue spécialisée Historical Novels Review, Gregory est "une superstar du roman historique".

Un titre plutôt flatteur, avouons-le. Et c'est ce que semble confirmer le Grand Prix du Roman Historique des éditions Hauteville qui lui a donc été décerné cette année. Une manière de rappeler "la diversité des femmes dans l'Histoire, et le rôle majeur qu'elles y jouent", comme le précise le label.