5 raisons de lire "M'explique pas la vie, mec !", le guide féministe de Rokhaya Diallo

"M'explique pas la vie mec !", de Rokhaya Diallo et Blachette, un guide bien utile du "mansplaining".
"M'explique pas la vie mec !", de Rokhaya Diallo et Blachette, un guide bien utile du "mansplaining".
"Mansplaining". Cette expression anglophone vous est certainement familière. Et que vous soyez néophyte ou érudite en la matière, elle méritait bien un livre. C'est désormais chose faite avec le jubilatoire guide de Rokhaya Diallo et Blachette, "M'explique pas la vie, mec !".
A lire aussi

Qu'est-ce qu'un mansplainer ? Facile : un homme qui explique à une femme quelque chose qu'elle sait déjà. Et ce avec beaucoup, beaucoup trop d'assurance - si ce n'est d'arrogance décomplexée. Le mansplaining est un phénomène largement banalisé qui prend place partout, tout le temps. C'est ce que démontre aujourd'hui une bande dessinée qui se permet de décortiquer ses moindres nuances : M'explique pas la vie, mec !, collaboration réjouissante entre l'autrice et journaliste Rokhaya Diallo et la dessinatrice féministe Blachette.

Comprendre la mécanique du mansplaining, ce n'est pas simplement détecter avec plus d'aisance les grands relous de demain, c'est aussi accepter de reprendre le pouvoir. A savoir, la parole. Car comme l'écrit l'écrivaine et ex-garde des Sceaux Christiane Taubira en introduction : "Une femme puissante est une femme qui peut s'emparer de la parole en toute circonstances". C'est aussi parce que la parole est une force que certains se l'accaparent autant...

Une réalité mise en lumière par cet ouvrage à dégoter illico. Voilà pourquoi.

Pour sa pédagogie ludique

Un guide n'était pas de trop pour décrypter un phénomène plus vaste qu'on ne pourrait le croire. Car le mansplaining prend place dans la rue, avec des amis, au gymnase, dans les magasins, à la machine à cafés, sur les réseaux sociaux, voire même... dans les piscines municipales ! Pour certains mecs trop assurés, ce que les québécois intitulent la "mexplication" (meilleure trad') a tout du sport de combat. Une vraie gymnastique.

Et Rokhaya Diallo le démontre en détaillant les racines du mansplaining : l'arrogance masculine, les rapports de pouvoir, la mise en doute systématique de la légitimité professionnelle des femmes, mais aussi les permanents jugements (moraux, physiques) dont font l'objet ces dernières. "Une femme, pour être vue comme correcte, doit prendre le moins de place possible. Etre mince, menue, pas trop grande et ne pas élever la voix", déplore l'autrice.

"M'explique pas la vie mec !", de Rokhaya Diallo et Blachette, un guide bien utile du "mansplaining".
"M'explique pas la vie mec !", de Rokhaya Diallo et Blachette, un guide bien utile du "mansplaining".

A travers ces nombreux exemples du quotidien, la journaliste évoque certaines réalités, de l'inégale répartition des tâches ménagères à la fétichisation du corps des femmes racisées, de la diabolisation de la "femme noire colérique" au "shaming" dont font systématiquement l'objet les femmes politiques.

Phénomène patriarcal par excellence, le mansplaining en dit donc long sur la société qui l'a vu naître. Et des réparties bien connues en témoignent largement. Panorama : "Au nom de quoi les femmes seraient-elles les seules à pouvoir parler de ça ?", "A trente ans, il est peut être temps d'envisager de faire des enfants", "Vous n'allez pas m'apprendre mon métier, non ?", "Vous voulez de l'aide ? C'est pas évident, les créneaux"...

On vous en épargne plein.

Pour son humour qui pique là où il faut

L'humour de M'explique pas la vie, mec ! passe par sa dimension réaliste, à savoir son éventail de situations suffisamment nulles pour être vraies. Car qui n'a pas déjà entendu ce genre de remarques à la ramasse ? Mais on se surprend aussi à esquisser un franc sourire au détour des détails amenés par la dessinatrice Blachette. Comme cette radio qui diffuse It's Raining Men et à laquelle une voix rétorque "Not all men !", ces images du "syndrome des couilles de cristal" - autrement dit, du "manspreading" si banalisé dans les métros - ou cette illustration du patriarcat, système si millénaire qu'il se voit résumé sous la forme des cartons d'ouverture de Star Wars...

Mais aussi, ce passage en revue de tous ces "JP" qui ont une sérieuse tendance à vous expliquer la vie. Le JP bricolo dans les rayons de Mr Bricolage, le JP scientifique jamais à court d'opinions sur les menstruations, le JP styliste qui se permet évidemment de critiquer fringues et apparence physique (l'un des plus corsés celui-là)...

Comme les Pokémon, les JP sauvages abondent et peuvent surgir au détour d'une allée. Ils nous rappellent les fameux "Jean-Michel", prénom employé pour désigner les messieurs-je-sais-tout sexistes et tonitruants.

"M'explique pas la vie mec !", de Rokhaya Diallo et Blachette, un guide bien utile du "mansplaining".
"M'explique pas la vie mec !", de Rokhaya Diallo et Blachette, un guide bien utile du "mansplaining".

Pour ses anecdotes qui sentent le vécu

Vous le devinez, de ce guide pas comme les autres émane une saveur particulièrement autobiographique. On le ressent notamment face à certains exemples plutôt croustillants qui, non contents de faire rire jaune, font grincer des dents. Florilège : un collègue de travail qui balance "En baskets dès le premier jour ? C'est pas très pro". Un musclé de salle de gym qui se permet un petit "Tu devrais mettre moins de poids, tu vas te faire mal".

Ou encore, des compères journalistes - hétéros et blancs - qui en pleine réunion de rédac se demandent comment "parler de la détresse des hommes qui ne savent plus où donner de la tête" à l'heure des nouvelles révolutions féministes. Un virage #MeToo qui semble plutôt ardu à entreprendre au sein des rédactions hexagonales.

Autant dire que ça sent le vécu pour l'autrice, militante et journaliste.

Pour les dessins pop de Blachette

Les dessins hauts en couleurs de Blachette vous sont forcément familiers. Suivie par près de 45 000 fans sur Instagram, la jeune illustratrice parisienne (et autoproclamée 'Sneakers addict') détonne par son style à la fois lisse - en apparence - et éclatant - sur le fond. Ses esquisses aux contours faussement enfantins passent au crible la pop culture et le patriarcat, fashion et femmes fortes. Normal alors de voir l'artiste mettre en images les observations aiguisées de Rokhaya Diallo.

"M'explique pas la vie mec !", le petit guide du mansplaining, par Rokhaya Diallo et Blachette.
"M'explique pas la vie mec !", le petit guide du mansplaining, par Rokhaya Diallo et Blachette.

Dans M'explique pas la vie, mec !, son style reste celui qu'on lui connaît sur les réseaux sociaux. Avec ses héroïnes racisées, la trentenaire met en avant une représentation toujours inclusive, féministe et authentique des nouvelles générations. Celle qui, entre dérision et admiration, a pour habitude de dépeindre profils anonymes et icônes indignées (comme le Gulabi Gang, ces femmes indiennes qui chassent et frappent les agresseurs) dessine ici les contours d'un quotidien fait d'inégalités et de discriminations qui passent de moins en moins - et tant mieux.

Pour sa lucidité punchy

Mais pourquoi dédier un livre entier au mansplaining ? Et bien parce que ce phénomène, observable tous les jours, est le prisme à travers lequel se révèle le sexisme le plus ordinaire, qu'il investisse les lieux culturels ou la sphère domestique. Pour les monologues des mecs, c'est toujours "open bar". Considérer mansplaining, manterrupting et manspreading comme de simples détails reviendrait à contester partiellement l'évidence dudit sexisme.

Et ainsi, risquer de tomber dans les travers de ces mecs qui tournent en dérision les discours de ce qu'ils appellent les "pseudos féministes". A ceux-là, Rokhaya Diallo délivre une dédicace à la lucidité punchy : "JP Ouin Ouin est toujours de retour pour nous dire combien du haut de sa longue expérience dans la vie d'une femme, il est mieux désigné que nous pour déterminer les 'vrais combats' que devraient mener les féministes dignes de ce nom".

Raison de plus pour lui mettre dans les mains ce chouette ouvrage.

M'explique pas la vie mec !, par Rokhaya Diallo et Blachette.
Editions Marabout (collection Marabulles), 166 p.

Plus d'actu sur : Meilleurs livres : sélection de livres coups de coeur

Rentrée littéraire 2021 : nos 7 romans coups de coeur de la rentrée
Attentats de Charlie : victime par ricochet, Camille Emmanuelle se confie
Ophélie Winter : "Résilience", son bilan sans filtre