Christiane Taubira : la femme qui pourrait sauver la gauche ?

Christiane Taubira, au secours de la gauche ?
Christiane Taubira, au secours de la gauche ?
Alors que la gauche aborde avec difficulté les primaires (qui auront lieu en janvier 2017), de plus en plus de Français appellent à la candidature de l'ex-Garde des Sceaux et héroïne du mariage pour tous, Christiane Taubira. Serait-elle le seul espoir de la gauche pour 2017 ?
A lire aussi
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour les femmes
News essentielles
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour...

C'est désormais à la France de devoir tenir tête à l'ultra-conservatisme haineux et à la montée des populismes. Et après le Brexit puis l'élection de Donald Trump, dire que la tâche promet d'être difficile est un doux euphémisme. Pour contrer l'extrême-droite, la gauche va devoir présenter un front uni, selon l'inchangeable recette de grand-mère que l'on se transmet de génération en génération depuis la victoire du Front Populaire.

Pourtant, plus les primaires approchent (les 22 et 29 janvier 2017) et plus elle se divise, peinant à trouver un candidat solide capable de traverser les méandres de la bataille électorale sans flancher. Faute de champion derrière lequel se rassembler, la gauche française s'éparpille. Les candidatures se multiplient sans parvenir à changer la donne. Et à force de divisions et d'égotisme, la gauche risque fort de perdre la main – et l'Elysée.

Pour empêcher ce naufrage programmé, beaucoup placent leurs espoirs en une candidate... qui n'en est pas une pour l'instant. Christiane Taubira, l'ex-Garde des Sceaux, est appelée à corps et à cris par les sympathisants de gauche, qui voit en elle leur dernier espoir. Taubira pourrait-elle faire la différence ?

Un symbole de la gauche forte

Christiane Taubira : symbole de la gauche forte et unie
Christiane Taubira : symbole de la gauche forte et unie

Née en 1952 en Guyane, Mme Taubira s'est toujours battue pour le progrès social et les droits humains. Déjà en tant que députée (de 1993 à 2012 dans la première circonscription de Guyane), elle est à l'origine de la loi tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité. Et si ses opposants de droite critiquent son travail à la tête du Ministère de la Justice de mai 2012 à janvier 2016 à cause d'une gestion jugée trop laxiste du système pénal, elle a réussi à mettre son nom sur l'une des lois les plus symboliques du XXIème siècle en légalisant le mariage pour tous.

La loi Taubira a d'ailleurs fait ressortir les grandes qualités de l'ex-Garde des Sceaux : son courage et sa franchise. Malgré l'âpre bataille médiatique et le tollé soulevé dans une partie de l'opinion publique par son projet de loi, elle a refusé de plier, et sa victoire en a fait le symbole par excellence de la gauche forte et réformiste.

En démissionnant en janvier 2016, excédée par la position autoritaire de Manuel Valls sur la question de la déchéance de la nationalité, elle prouve à nouveau son intégrité : "Je ne suis sûre de rien, sauf de ne jamais trouver la paix si je m'avisais de bâillonner ma conscience", explique-t-elle dans son petit livre, Murmures à la jeunesse, qui explique les raisons de son départ. Christiane Taubira est une femme d'idées, qui n'abdique pas ses convictions pour poursuivre ses ambitions personnelles. Et dans le paysage politique français actuel, cela a quelque chose d'incroyablement rafraîchissant.

Sa démission l'éloigne du salissant exercice de l'exécutif, et lui permet de jouir d'un certain respect : un sondage BVA mené en 2014 révèle que 68% des Français lui reconnaissent des "convictions profondes", 61% la trouvent "courageuse" et 59% la voient comme une femme "solide, ayant de l'autorité". Tournée vers le progrès social et la jeunesse, elle porte l'ADN d'une gauche plus humaine et dynamique, qui revient vers ses principes originaux ; et cela a fait d'elle une véritable égérie pour les sympathisants de gauche, qui lui sont favorables à 82%, toujours selon les chiffres de 2014 de BVA.

Taubira : la solution pour une gauche unie ?

Taubira : et si elle pouvait sauver la gauche ?
Taubira : et si elle pouvait sauver la gauche ?

En plus d'être "droite dans ses bottes", comme le dit d'elle Alain Juppé, Christiane Taubira apparaît comme l'une des figures les plus fédératrices de la gauche. Elle-même jouait les Cassandre en commentant la dispersion des candidats :"La gauche risque de disparaître, et pour un moment" (Murmures à la jeunesse). Et pour limiter ce funeste éclatement, il se pourrait que sa candidature soit l'une des solutions.

Ultra-populaire chez les militants, toujours restée fidèle à Hollande malgré sa démission, elle est considérée comme étant un rempart parfait pour contrer Valls, jugé trop à droite. Et elle pourrait également bénéficier du soutien des communistes : Arnaud Montebourg s'est montré plus que favorable à sa candidature. Il lui a exprimé son soutien sur France Inter dans Questions Politiques : "Je lui ai dit que si elle souhaitait se présenter, nous pourrions avoir une discussion importante et constructive ensemble. En vérité, c'est à elle de répondre à cette question. Pour moi, elle reste une des femmes, de cette période, extraordinaire, qui a marqué les esprits, et elle a encore beaucoup de choses à faire et un rôle considérable à jouer" (04/12/16).

"Elle peut incarner une voie de sortie pour dépasser les clivages et les boutiques socialistes", commente un député pour Libération. "Elle est au-delà et au-dessus. Une belle figure de la gauche qui n'est réductible ni à un camp, ni à un parti, ni à une posture", renchérit Sandrine Mazetier, la vice-présidente de l'Assemblée Nationale. "La présidentielle est un concours de nombrils, elle est la seule qui pense collectif", ajoute également l'humoriste Christophe Alévêque. Et les Français semblent l'avoir bien compris : sur change.org, plus de 84 000 personnes ont déjà signé une pétition l'appelant à se présenter et qui revêt des allures de véritable SOS : "Face à la déception des années Hollande et au spectre des populismes de la droite et ses extrêmes, qui mieux que vous pourrait incarner cette Gauche de combat, cette Gauche d'idées, cette Gauche qui rassemble ? À l'aide !".

Christiane Taubira serait-elle la figure providentielle pour unir la gauche ? Malgré l'attente générale, Christiane Taubira refuse pour l'instant de sauter le pas, à moins de dix jours de la date limite des dépôts de candidatures aux primaires du 22 et 29 janvier 2017. L'ex-Garde des Sceaux, qui n'a jamais exprimé d'ambition présidentielle, a certes affirmé à la rentrée qu'elle s'investirait fortement dans la campagne de 2017. Mais cela ne nous dit pas si elle se contentera de soutenir l'un des candidats déjà déclarés ou si elle ira plus loin. D'après ce que l'un de ses proches a confié au Libération après avoir échangé avec elle par SMS, "ça semble plié" : "Depuis le début, malgré nos efforts, c'est compliqué. On ne se décrète pas candidat sur un coup de tête et elle n'a jamais affiché un désir solide. Après, il reste quinze jours pour se déclarer et l'espoir fait vivre...".

En plus de ne pas avoir d'infrastructures ou d'équipe, la candidate semble redouter un face-à-face avec le Front National. Car en effet, si elle est adorée à gauche, seuls 8% des Français de droite l'apprécient. Et même si le symbole d'une femme noire et progressiste face à Marine Le Pen fait rêver, Christiane Taubira se sait clivante : aux élus qui lui demandent pourquoi elle ne se présente pas, elle demande : "Si j'accède au second tour de la présidentielle et que j'affronte Marine Le Pen, est ce que vous êtes certains que je puisse l'emporter ?". Bonne – et terrifiante- question.

Les dossiers