"Hunger" : pourquoi lire l'histoire sans tabou du corps de Roxane Gay

L'autrice Roxane Gay
L'autrice Roxane Gay
Dans un livre très personnel, "Hunger, une histoire de mon corps", l'autrice Roxane Gay nous livre son autobiographie, la sienne et celle de son corps. Un corps gros qu'elle veut faire disparaître et que la société rejette.
A lire aussi
Pourquoi les papas devraient absolument lire des histoires à leur enfant
News essentielles
Pourquoi les papas devraient absolument lire des...

L'histoire

Roxanne Gay, autrice américaine à succès d'un premier livre salué par la critique, Bad feminist, vit aussi dans sa chair un traumatisme dont elle a été victime. Très jeune adolescente, le garçon avec qui elle sortait et qu'elle aimait, l'emmène dans une cabane dans les bois. Là, lui et ses amis la violent à tour de rôle en buvant des bières, comme un terrible jeu.

Roxanne Gay n'a plus qu'une seule envie : disparaître en mangeant. La nourriture lui permet de se remplir, de déformer son corps pour ne plus être un objet qu'on pourra agresser.

Elle ne dit rien à sa famille qui s'inquiètent de la voir ainsi prendre des dizaines de kilos en si peu de temps. Ses parents lui imposent des cures qui ne changeront rien. Son traumatisme est là, elle y pense sans cesse, jusqu'à l'odeur de la peau de ses agresseurs et celle de leur haleine de bières.

Elle raconte le regard des autres quand elle va à la salle de sport, sa fascination morbide devant les émissions de transformations spectaculaires de personnes obèses, la dépression, la difficulté à se vêtir, ses relations amoureuses et sexuelles.

Elle raconte les chaises aux accoudoirs trop serrés qui lui scient les jambes, les tickets d'avion qu'elle doit prendre en double et les explications qu'elle doit donner au personnel de l'aéroport pour leur dire que, oui, elle a bien réservé deux billets.Elle raconte les conférences auxquelles elles est invitée en grandes pompes mais où personne n'anticipe la grosseur de son corps dans l'organisation.

Roxane Gay raconte sa lutte sourde pour exister alors que le monde entier est conçu pour les minces.

Pourquoi on a aimé

L'autrice Roxane Gay fait preuve d'un très grand courage dans cette autobiographie. En décrivant ces viols, elle explique comment quelques minutes ou quelques heures de violences peuvent détruire une vie, comme une bombe qui n'en finit pas de tomber.

La lutte contre la grossophobie et notamment celle qui touche les femmes, est encore un angle mort du féminisme. Qu'une autrice aussi reconnue que Roxanne Gay s'en empare pour parler de son vécu et de ses conséquences sera sûrement une claque pour beaucoup.

Hunger de Roxane Gay chez Denoël
Hunger de Roxane Gay chez Denoël

L'autrice écrit qu'après son agression, elle tombe rapidement dans une spirale qui la pousse à trouver une forme de refuge : "La nourriture était mon unique réconfort. Toute seule dans mon appartement, je pouvais m'apaiser en mangeant. La nourriture ne me jugeait pas, elle n'exigeait rien de moi. Quand je mangeais, je pouvais être moi-même. Alors j'ai pris cinquante kilos, puis encore cinquante kilos, et encore cinquante de plus."

Elle décrit ce qui est le lot de tellement de personnes grosses : "La pression permanente de ma famille m'a rendu têtue, même si la seule personne à qui mon attitude faisait mal c'était moi. Elle m'a poussé à refuser de maigrir, afin de punir ces gens qui prétendaient m'aimer mais qui ne m'acceptaient pas telle que j'étais. [...] J'en voulais aux gens de toujours se concentrer sur mon corps, si indisciplinée et décevant."

Dans cette biographie, elle n'hésite pas à raconter dans les détails son vécu, son agression, la détestation de son propre corps. Une manière de demander à tous ceux et toutes celles qui lui demandent de maigrir, à la société, d'enfin l'écouter elle et ce qu'elle à dire sur la vie d'une grosse.

Pour que la société et les individus qui la composent se débarrassent enfin des clichés sur les gros·ses, ce livre est d'une absolue nécessité.

Parce que quand vous êtes une femme, on s'autorise à vous dire que vous êtes trop ou pas assez habillée, trop maquillée ou pas assez. Votre corps est une source infinie de commentaires.

Et cela franchit un autre palier quand vous êtes gros·se. Votre corps ne vous appartient plus mais il appartient aux autres : "Quand vous êtes en surpoids, à bien des égards, votre corps entre dans le domaine public. Il est constamment à l'affiche. Les gens projettent dessus des histoires qu'ils s'inventent, mais la vérité de votre corps ne les intéresse pas du tout, quelle qu'elle soit."

Les commentaires incessants de l'entourage sur le corps des personnes en surpoids négligent l'essentiel : "Ils oublient que vous êtes une personne. Vous êtes votre corps, rien de plus, et ce corps devrait vraiment tendre vers sa réduction".

Hunger de Roxanne Gay est une plongée sans tabou dans la vie d'une grosse. L'autrice y raconte sans filtre la grossophobie et sa relation à son corps et aux autres. Ce livre est une pépite beaucoup trop rare, un témoignage brut et nécessaire.

Pourquoi vous aimerez

Si vous êtes touché·e par la grossophobie ou que vous avez vécu une agression sexuelle, et que vous êtes en quête de témoignages de personnes qui vivent la même chose.

Si vous avez envie de faire un travail pour déconstruire vos mythes grossophobes.

Si pour vous le mot de 2019 est la bienveillance et que plutôt que de demander de maigrir sans fin à votre soeur, votre ami ou votre collègue, vous avez décidé de juste vous poser et de l'écouter pour la ou le comprendre.

Si vous aimez les livres témoignages à l'écriture percutante, limpide et brillante.

Hunger, une histoire de mon corps, Roxane Gay, éditions Denoël, 324 pages, 20,90€

Plus d'actu sur : Meilleurs livres : sélection de livres coups de coeur

Gloria Steinem : pourquoi "Ma vie sur la route" est un incontournable féministe
"La Meute" : pourquoi on a adoré le roman de Sarah Koskievic
"La Goulue, Reine du Moulin Rouge" : pourquoi lire la biographie de Louise Weber