"On peut réussir !" : Tom Holland livre un discours positif sur sa dyslexie

Tom Holland à la première du film "Spider-Man: No Way Home" à Los Angeles, le 13 décembre 2021.
2 photos
Lancer le diaporama
Notamment connu pour son interprétation acrobatique de Peter Parker/Spider-Man dans les nouveaux opus de l'homme-araignée, l'acteur Tom Holland, à l'affiche du prometteur "Spider-Man : No Way Home", est revenu sur son expérience d'enfant dyslexique.
À lire aussi

Son couple glamour avec sa co-star Zendaya, ses performances enjouées dans la nouvelle trilogie Spider-Man, ses aptitudes de danseur... Le jeune acteur Tom Holland nous est familier pour bien des raisons. Mais c'est un nouveau visage, plus intimiste, qu'a dévoilé le comédien à l'affiche du spectaculaire blockbuster Spider-Man : No Way Home, l'espace d'une interview.

Dans les pages du magazine Gala, le comédien de 25 ans et interprète de l'homme-araignée est effectivement revenu sur son enfance et adolescence. Et plus précisément, sur son expérience pas toujours heureuse d'élève dyslexique. Un trouble spécifique trop peu mis en lumière, d'autant plus par les personnalités.

On le lit : "J'ai connu des moments complexes durant mon enfance et, plus particulièrement, lorsque j'étais à l'école. Ma dyslexie m'a posé de gros problèmes parce que j'avais vraiment du mal à suivre". Un quotidien difficile qui n'a pas empêché Tom Holland de devenir la star internationale que l'on sait.

"On peut réussir malgré des problèmes"

C'est d'ailleurs un discours positif que désire propager le jeune homme. "Maintenant, la seule chose que j'ai à faire est de lire des scénarios, puis d'écrire des lettres de remerciement après avoir tourné un film. Je suis la preuve qu'on peut réussir malgré des problèmes", a affirmé à ce titre l'interprète de Peter Parker au magazine.

Avant de poursuivre sur le même ton : "Certains des esprits les plus créatifs de l'Histoire étaient dyslexiques. C'est parfois un inconvénient, mais aussi un avantage dans certaines circonstances". Décomplexer les spectateurs et spectatrices, et notamment la jeune audience, c'est ce que souhaite faire l'acteur à travers son témoignage.

Pour rappel (et afin d'appuyer les propos de la jeune star), des stars aussi diverses et talentueuses que Steven Spielberg, Jennifer Aniston ou encore Keira Knightley sont dyslexiques.