Jennifer Aniston réplique face aux anti-vax (et ça fait mal)

Jennifer Aniston aux Annual Screen Actors Guild Awards le 19 janvier 2020
Jennifer Aniston aux Annual Screen Actors Guild Awards le 19 janvier 2020
Dans cette photo : Jennifer Aniston
Suite à une interview où elle révélait avoir coupé les ponts avec certains de ses amis anti-vax, l'actrice Jennifer Aniston a répliqué face aux critiques.
A lire aussi

Jennifer Aniston a récemment pris position sur le vaccin et ses propos ne sont pas passé inaperçus. En effet, l'ex-star de Friends a déclenché l'ire des anti-vax en expliquant lors d'une interview au magazine InStyle avoir coupé les ponts avec certain·e·s de ses ami·e·s trop ambigu·e·s au sujet de la vaccination contre le Covid : "Je viens de perdre quelques personnes dans ma routine hebdomadaire qui ont refusé ou n'ont pas révélé [si elles avaient été vaccinées ou non], et c'est malheureux."

Elle avait alors poursuivi : "Je pense que c'est de notre obligation morale et professionnelle d'informer, car nous ne sommes pas tous entassés et testés tous les jours. C'est délicat parce que chacun a droit à sa propre opinion - mais beaucoup d'opinions ne sont fondées que sur la peur ou la propagande."

Cette prise de position tranchée n'a pas manqué de faire réagir, déclenchant un torrent de commentaires- pas vraiment amicaux- sur son compte Instagram. Mais l'actrice de la série The Morning Show, décidément très engagée sur le sujet, n'a pas voulu laisser passer. Et a souhaité faire de la pédagogie en développant son propos dans une story Instagram.

La story de Jennifer Aniston sur le vaccin
La story de Jennifer Aniston sur le vaccin
Dans cette photo : Jennifer Aniston

Jen contre le variant Delta

S'appuyant sur l'un des commentaires d'un fan ("Mais si Jennifer est vaccinée, elle est donc protégée ? Pourquoi se soucier d'avoir des personnes non-vaccinées autour d'elle ?"), l'actrice a tenu à apporté une réponse cinglante.

"Parce que si tu as le variant, tu peux quand même me le transmettre. Je peux tomber légèrement malade mais je ne serai pas admise dans un hôpital et/ou mourir. MAIS JE PEUX le transmettre à quelqu'un qui n'a pas eu le vaccin et dont la santé est compromise (ou qui a une maladie) – et donc je mettrais sa vie en danger. C'est de ça dont je me soucie. Nous devons prendre soin plus que de nous-mêmes."

Des propos qui interviennent alors que le variant Delta- très contagieux- galope aux Etats-Unis, provoquant notamment une contamination grandissante chez les plus jeunes dans les zones les moins vaccinées (72 000 cas enregistrés chez les enfants et adolescents en une semaine fin juillet, selon les chiffres de l'Académie américaine de pédiatrie). A l'heure actuelle, seul·e·s 49 % des Américain·e·s sont totalement vacciné·e·s (contre 53% en France).