Vous trouvez que votre chien a l'air coupable après une bêtise ? C'est faux

Après une bêtise, votre chien ne se sent pas coupable
Après une bêtise, votre chien ne se sent pas coupable
Cette tête de repenti qu'arbore votre toutou après avoir sacagé la poubelle, dévoré votre tarte aux pommes ou ruiné votre canapé est un leurre. Le sentiment qu'il éprouve n'est pas de la culpabilité.
A lire aussi
5 raisons de ne pas se sentir coupable de reprendre le boulot après sa grossesse
maman
5 raisons de ne pas se sentir coupable de reprendre le...

Bien souvent, on n'a même pas encore découvert quelle bêtise il a fait que la mine déconfite de notre chien le trahit. On peut en effet lire sur sa gueule une bonne dose de culpabilité - oreilles enfoncées, tête penchée vers le bas et les fameux "yeux de chien battus" - qui dénote avec son enthousiasme traditionnel. Enfin, pour que l'on soit bien certaine de son repentir, il n'hésite pas non plus à ramper, voire à se cacher tout court.

Sauf que ce que l'on interprète comme du remord, n'en est pas. Ainsi, selon Dr. Alexandra Horowitz, scientifique cognitif spécialisée dans l'univers canin, les chiens ne connaîtrait pas même ce sentiment que l'on appelle la culpabilité. L'émotion que l'on interprète est en réalité beaucoup plus fondamentale puisque c'est de la peur. Le médecin a en effet mené une étude en 2009 axée sur la tendance humaine consistant à attribuer des émotions humaines aux chiens, une espèce dont le mécanisme de pensée est pourtant différemment.

Et en effet, l'étude a révélé que les expressions de culpabilité que l'homme voit chez les chiens étaient erronées, celles-ci illustrant en réalité leur peur d'être grondés.

A méditer la prochaine fois qu'il boulotera notre journal
A méditer la prochaine fois qu'il boulotera notre journal

"Il semble peu probable qu'ils aient le même type de cheminement de pensée que le nôtre, en raison de leur cerveau vraiment différent, même si en majorité, les cerveaux des chiens sont davantage similaires que dissemblables des nôtres" explique le Dr Horowitz dit Business Insider.

Ainsi, si selon le scientifique, il semble difficile de déclarer avec certitude si le chien est en mesure ou non d'éprouver un sentiment de culpabilité qui requiert une certaine réflexion, il ressent en tout cas des émotions primaires telles que la colère, la tristesse, la joie et la peur donc. La culpabilité est une émotion dite "secondaire" qui implique de réfléchir sur ses actions passées afin de prendre conscience que l'on a fait quelque chose de mal.

En attendant, espérons que notre adorable petite boule de poils ne soit pas trop effrayée par nous la prochaine fois la prochaine fois que l'on frisera une syncope découvrant qu'elle vient de boulotter les pieds de notre nouvelle table basse. D'autant qu'en voyant sa mine apeurée, on pourrait bien se mettre à culpabiliser...