Le Palais de Tokyo rouvre ses portes avec la « Triennale »

Le Palais de Tokyo rouvre ses portes avec la « Triennale »
Le Palais de Tokyo rouvre ses portes avec la « Triennale »
Dans cette photo : Nicolas Sarkozy
Après 10 mois de travaux de rénovation et d'agrandissement, le Palais de Tokyo rouvre ses portes. Ce sont maintenant près de 22 000 m² qui sont dédiés à l’art. À cette occasion s'ouvre également la troisième Triennale d'art contemporain.
A lire aussi


Le 11 avril dernier, le président Nicolas Sarkozy a inauguré avec le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand le nouveau Palais de Tokyo. Mais c’est aujourd’hui que s’ouvre officiellement ce grand musée au public. Fermée pour travaux depuis près de 10 mois, l’aile ouest du Palais de Tokyo, construite en 1937 pour l’exposition universelle, abritait depuis 10 ans le Site de la création contemporaine sur 7 000 m². Le reste étant inexploité. À présent, 22 000 m² sont dédiés à l’art contemporain. Jean de Loisy, commissaire d'art et directeur du Palais depuis juin dernier souhaite en faire un acteur majeur de la création contemporaine.

Le coût des travaux s’est élevé à 20 millions d’euros. Le Palais de Tokyo devient ainsi un labyrinthe de couloirs, d’escaliers et de terrasses. Trois salles de cinéma seront dédiées à l’art vidéo, un auditorium de 500 places pourra accueillir des spectacles ou des conférences. Et un restaurant, donnant sur la Seine ouvrira en septembre. Plusieurs œuvres ont été créées spécialement pour l’ouverture du nouveau Palais de Tokyo et devraient y rester une année.

Le lancement de la troisième Triennale d’art contemporain fait office d’inauguration du Palais. Pilotée cette année par Okwui Enwezor (Documenta 11 à Kassel, Biennales de Séville …), l’exposition, organisée tous les trois ans, doit refléter cette année les dilemmes de l’identité et de la mondialisation. Elle donne un aperçu de l’activité artistique en France, que ce soit celle d’artistes français ou d’artistes étrangers travaillant sur le territoire. Elle proposera des expositions temporaires, des monographies sur des artistes de différentes générations et des cartes blanches aux créateurs.

Sarah Jumel

VOIR AUSSI

« Le corps découvert » : nudité et sensualité orientales à l'Institut du monde arabe
Ai Weiwei : l'artiste et dissident chinois expose à Paris
Comment faire aimer l'art à vos enfants ?
FIAC 2011 : l'art contemporain à tout prix ?