On a vu "Le noir (te) vous va si bien" de Jacques Bral

On a vu "Le noir (te) vous va si bien" de Jacques Bral
On a vu "Le noir (te) vous va si bien" de Jacques Bral
Dans cette photo : Grégoire Leprince-Ringuet
Cobra est une jeune fille d'origine orientale qui oscille entre sa culture familiale et son environnement quotidien en France. Symbole d'un tiraillement entre les valeurs inculquées par son père et son attirance pour un jeune homme non-musulman, elle tente de contenter les deux parties et de réconcilier Orient et Occident. Mais le poids de la tradition aura raison de sa douceur.
A lire aussi


On a aimé

Le montage en flash-back qui renforce le contenu bouleversant même si on devine la fin dès le début.

La relation amicale presque fraternelle entre Cobra et Anaïs qui représente le rapprochement et l'apprentissage entre les deux cultures dont elles sont issues.

La question du voile est abordée sans cliché ni stéréotype et constitue un des fondements du film, un symbole entre les deux cultures.

Moncef, le père, qui ressent également le tiraillement entre ses deux pays mais qui ne peut se résoudre à laisser sa fille vivre sa vie comme elle l'entend.

Les confessions face caméra, intercalées dans la narration, qui donne au récit sa force dramatique tandis que les scènes humoristiques apportent la dose de réalisme : cette histoire est fictionnelle mais peut s'appliquer à de nombreuses familles issues de l'immigration.

La réplique

« Ma fille Cobra n'a pas eu les mêmes droits que mon fils ». Moncef le père.

L'info (in)utile

Le réalisateur Jacques Bral, franco-perse, a inventé cette histoire en retournant en Iran après le décès de sa mère après plus de 20 ans d'absence. Il y découvre alors « les femmes habillées comme des corbeaux, tout en noir alors que je les avais laissées en jupes courtes ». 

La note de Terrafemina

Scénario : 8/10 ; Acteurs : 9/10 ; Originalité : 6/10 ; Bande-son : 6/10

Synopsis

Une famille orientale émigrée en Europe. Moncef, le père, porte en lui la souffrance du déracinement et le poids de « l'ailleurs ». Sauvegarder sa culture, vivre dans le respect des traditions, c'est pour lui, plus qu'une règle de vie, une manière de rester fidèle à son passé, à son origine et surtout… à lui-même. Chaque matin, Cobra, sa fille, quitte la maison familiale. Voilée. Mais chaque matin, elle se change, dans un café, son refuge à elle ; avant de se rendre à son travail, la chevelure et l'esprit libres. À la maison, Moncef est inquiet : Cobra est encore célibataire et il voudrait bien la marier au plus tôt. Dans l'entreprise où Cobra travaille, le jeune patron est tombé amoureux d'elle. Il est prêt à tout pour l'épouser. Mais Cobra, elle, veut choisir, comme sa mère l'avait fait en son temps avec son père. Elle n'aura pas le temps de présenter « l'homme de sa vie » à ses parents. Un ami de son père les surprend. Dans le café...

Découvrez la bande-annonce de « Le Noir (Te) Vous Va Si Bien » 



Drame de Jacques Bral avec Sofiia Manousha, Lounès Tazairt, Julien Baumgartner, Grégoire Leprince-Ringuet, Elise Lhomeau. 

Durée : 1h28

Sortie en salle : le 5 décembre

Crédit photo : Thunder Films International

VOIR AUSSI

On a vu "Populaire" de Régis Roinsard
On a vu "Thérèse Desqueyroux" de Claude Miller
On a vu "Twilight – Chapitre 5 : Révélation 2e partie" de Bill Condon
On a vu "Nous York" de Géraldine Nakache et Hervé Mimran

À propos
Grégoire Leprince-Ringuet